Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






Le suffixe dans le système des morphèmes.

 

Les morphèmes peuvent être classés en morphèmes lexicaux et grammaticaux. Les morphèmes grammaticaux à leur tour peuvent être classés en morphèmes flexionnels et dérivarionnels. Les préfixes et les suffixes sont des morphèmes dérivationnels et l’objet d’étude de la lexicologie, tandis que les morphèmes flexionnels sont l’objet d’étude de la morphologie (la grammaire).

 

Ayant pour l’objet d’étude de cette conférence la suffixation, commençons par la distinction des suffixes parmi les autres morphèmes: les préfixes, les flexions et les lexèmes.

 

Les suffixes diffèrent des préffixes par les indices suivants:

1. Par la position (postposition).

2. Les suffixes sont capables de changer la classe lexico-grammaticale du mot dérivé, les préfixes - non.

Par ex., préfixation - faire (v.) / défaire(v.); suffixation - classe(s.) / classification (s.) - la même catégorie lexico-grammaticale, mais - classique (adj.) - classifier (v.) - classifiquement (adv.) - différentes catégories lexico-grammaticales.

 

La différenciation des suffixes et des flexions semble plus problématique dans certains cas. Il s’agit surtout de la nature des morphèmes - ant, - é, - er.

 

Les flexions des verbes - ant, - é sont capables d’êre employées dans la fonction proche de l’adjectif. Avec le temps elles peuvent être perçues comme des éléments de formation, c-t-d comme suffixes. Par ex., un aliéné interné devient un interné simplement, ou bien le participe présent au 13 siècle militant devient adjectif au 15 s. et substantif au 19 s.

 

En ce qui conserne le morphème - er, il n’y a pas d’opinion commune parmi les linguistes si c’est le suffixe ou la flexion. A. Darmesteter trouve que c’est le suffixe et la flexion à la fois. J. Dubois et A. Dauzat pensent que c’est uniquement la flexion. V.Gak affirme que c’est la pure flexion car elle marque la partie du discours, et donc elle est élément de la paradigme verbale.

 

La différenciation entre le suffixe et la flexion est qualitative. Les flexions établissent les rapports entre les mots. Par ex., l’homme mangea - les hommes mangèrent . Les suffixes modifient le sens lexical de la base de formation, lui donnent l’autonomie lexicale et grammaticale, c-t-d ils sont capables de produire les mots nouveaux: manger - mangeur - mangeable - mangeaille.

 

La différence entre le suffixe et la base de formation, c-t-d lexème, thème ou racine, consiste en ce que la base de formation peut être autonome, peut fonctionner sans autre affixe tandis que le suffixe - non.

Cependant l’histoire de la langue française montre que ce rapport entre la base et le suffixe n’était pas toujours comme tel. Certains suffixes étaient autrefois les noms autonomes, comme par ex., le suffixe adverbial - ment.



 

Le suffixe - ment représente le résultat du développement des mots autonomes du type “lenta mente”. C’est le groupe attributif qui se composait de l’adjectif + le substentif “mens, mentis” à l’ablatif du singulier et qui fonctionnait comme complément circonstanciel de manière. L’emploi abusif de ce modèle “adjectif + ment” dans la même fonction a affaibli la sémantique du mot mens. En résultat de la grammaticalisation il est devenu marqueur de l’adverbe de qualité et de manière. La formation du mot “lentement” date du 13 siècle et se rapporte à la diachronie.

 


Date: 2015-12-11; view: 1126


<== previous page | next page ==>
La dérivation préfixale | LA PLAZA DEL DIAMANTE
doclecture.net - lectures - 2014-2024 year. Copyright infringement or personal data (0.006 sec.)