Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






L’héritage linguistique du substrat celtique, de la langue latine et du superstrat germanique dans la formation du français.

Avant l'arrivé des romaines sur le territoire de la fr. qui s’appelait La Gaule, vivaient dans l'ensemble des tribus celtes : au nord jusqu'au le seine - les belges ; au sud jusqu’a la Garonne-les celtes (gaulois).la gaule était également peuple de tribus non celtes: au sud-ouest depuis la Garonne jusqu'au Périnées sur le territoire de la Gascogne d'aujourd’hui- les aquitaines (des tribus d'origine iberique) ; au sud-est les ligures(d’origine incertaine qui s'établit également au nord-est sur la cote med. et l’arrières pays. Sur le littorale méditerranéen depuis le delta du Rhône jusqu'a Nice s'étendait la colonie grec qui s'appelait massilia fondait vers l'ans 1600 a.n.e. par de grecs. Nous savons peu de choses de langues celtiques perlées sur les continents européens et plus particulièrement des dialectes gaulois utilisées par les tribus celtiques de la gaule avant sa romanisation complète. Aucun texte en gaulois nous nous est parvenus car la vie intellectuelle des gaulois était orale(conservées par druides et les bardes. Ce que nous savons de gaulois est fournit par: antroponimes( communique par les auteurs grecques et romans);toponimes:paris-parissis,perigeux-petrocorii, Medieumatiks - Metz(provenant au tribus gaulois; avec les éléments :plutôt les suffixes-dunum-lyon-lugdunum-autum augusto-dunum;durum;magus)quelques inscription faitesa l’aide des alphabets grecques et étrusque ou latin sur les pièces de monnaie, des tablettes, le pièces tombales….

Nous pouvons avoir une idée de ce qu'étaient les gaulois en nous basant sur les langues celtique modernes:irlandais,ecossais,breton,gaulois,corniques.Les langues celtiques appartiennent a la famille des langues indo-européennes a laquelle appartient la plupart des langues européennes

Le substrat celtique se produit par le lexique :

On distingue 2 groupes des mots: 1)empruntés par le latin populaire commun a l'époque de l'existence de l'empire romain:carrum-chare,alauda-allehuette, betulla-bouleau, combiare-changer, camminum-chemin, caballus-cheval;2) empruntés par le latin populaire de la Gaule. les mots se rapportent a la vie rurale:

(borne,charru,chene,piece)3)les noms d'ancien mesure-une lieu,arpin;peu des verbes:berser<briser<glanergober; et les adjectifs-dru, petit ;Dans la phonétiques on observe:1) nasalisation des voyelles,2) palatalisation des voyelles(ou-u, a-è, louna-lune, lavra-lèvre), palatalisation des consonnes (ou-y, a-e ), la mouillure - rabja- -rage, cantare-chanter, calu-ciel 3)Sonorisation des consonnes entervocaliques : t,d,c(k), apres ces consonnes disparessent( vitam-vida-vie, focum-fogu-feu) ; le passage «ct » en « et »(e) lactum-lait. 4)la morphologie – la formation des adj : numéraux avec 20, le mentien de declinaison bicasuelle.



La romanisation- est l’assimilation par la population autochtone de la gaule de la langue latine et du mode de vie intellectuelle matérielle et religieuse des romaines.

la conquête de la gaule s'effectue a 2 etapes:1) du sud de la g(121-118 a n e)qui a abouti a la fondation de la province de Narbone.2)la conquête du nord de la gaule(58-51)par Jules Cesare.

la gaule était divise en 3 provinces imperiales: aquitaine, lyionnaise, belgique.

Tandis que la province narbonnaise etait cenatoriale. Sous se terme on comprend l’introduction dans le pays de tout ce qui est romain. La romanisation était la plus intense dans les villes (appareil administratif,les marchands,artisans venues de l'italie).les villes se transformèrent en foyer de diffusion de latin et de civilisation romaine. l'aristicracie gauloise s'est romanises la plus vite(ecoles p.ex.beardeau etait cree).C’est la politique essentielle de auguste - le pays envahi recevait un division adm. Rom. A la tete le fonctionnaire rom. La condition essentielle pour recevoir un poste était la conna

NaISSENCE DE LA LANGUE LATINE. Dans plusieurs provences les romains creaient des ecoles ou on ensaignait les autres disciplines – l’art oratoire. Donc les ecoles etaient les centres de la diffusion de la culture et de la civilisation romaine. On enseignait tout en latin. L’imp de la Romanisation est bcp plus large – elle a contribue a la disparition de la communite primitive et au developpement du rigime esclavagiste.

Toute la Gaule connut une longue période de bilinguisme latino-celtique, qui commença dans les villes pour gagner lentement les campagnes. Au Ve siècle, l'unilinguisme latin était atteint, et les langues gauloises toutes disparues. Seules les ethnies vassales associées à la défense de l'Empire purent conserver leur langue: les Gallois en Grande-Bretagne, les Basques en Espagne, les Berbères en Afrique, les Arméniens, les Albanais et les Juifs en Orient. Avant de s'éteindre, le gaulois avait transmis au latin quelque 150 mots (qui passeront ensuite au français); il s'agit de termes désignant des végétaux (flore), des animaux (faune), des objets relatifs à l'agriculture ou à la vie quotidienne: par exemple, alouette (< alauda), bouleau (< betulus), cervoise (<cervesia), druide (< druida), lieue (< leuga), arpent (< arepennis), char (< carru), barde (< bard), chêne (< cassanus), mouton (<multo), sapin (< sappus), valet (< vasso), etc.L'apport franc à la constitution de la langue française se distingue d'autres apports (mots de formation savante pris du grec ancien, mots isolés d'origine italienne, espagnole ou arabe...) par le fait qu'il résulte de l'implantation, sur le territoire gaulois, d'une population de langue germanique : les Francs. Si ces derniers apprennent assez rapidement à s'exprimer dans le bas-latin parlé par les gallo-romains, ils n'en continuent pas moins à pratiquer jusqu'à la dynastie carolingienne leur langue germanique d'origine : le francisque.
Outre ses effets au niveau de la typologie, de la phonétique et de la syntaxe, l'apport francisque a laissé, au niveau lexical, des mots assez importants et assez nombreux. Plus de 500 mots d'origine francique existent encore aujourd'hui dans la langue française

Des mots d'origine francique se retrouvent dans pratiquement tous les domaines, excepté le commerce, l'artisanat et la religion.
Conquérants, les Francs apportèrent à la langue française le mot guerre et tout un vocabulaire ayant trait à l'art médiéval : heaume, haubert, hache, héraut ; Plusieurs verbes d'usage courant viennent des Francs. On trouve parmi eux des verbes indiquant : le mouvement : marcher, danser , grimper, frapper, ramper, heurter; l'observation : guetter, épier, guigner; la mise en ordre : ranger, garer ; De même, est-on redevable à la langue des Francs de divers mots traduisant un sentiment particulièrement fort : orgueil, haine, hargne, honte, ainsi que d'adjectifs marquant l'énergie et le courage : hardi, ou l'honnêteté : franc.
Citons encore des couleurs : bleu, blanc, gris; des adverbes : trop, guère; des termes ayant trait à la vie rurale : hameau, jardin, haie, hêtre, houx, mousse

les barbares qui menacaient le plus l’existance de l'empire romaine d'occident etait les germains. les tribus germaniques étaient eparpies le long des frontieres natureles de l'empire formées par le Danube et le Rhin. C'est cette année de 375 que l'on considère comme marquant le début des grandes invasions et le commencement de la dislocation de l'Empire romain. Ce que les Romains appelaient les « invasions barbares » Du point de vue linguistique, ces invasions peuvent être décrites comme des phénomènes d'expansion linguistique où s'affrontèrent des langues au dynamisme variable. Goths, Ostrogoths, Wisigoths, Vandales, Francs, Saxons, Burgondes, Alamans, etc., se butèrent les uns aux autres d'un coin à l'autre de l'Europe et se déversèrent sur l'Empire romain d'Occident. À la fin du Ve siècle, l'Empire romain d'Occident avait disparu, laissant la place à la fondation de plusieurs empires germaniques.

Du point de vue linguistique, l'effondrement de l'Empire romain d'Occident accéléra le processus de morcellement du latin populaire, amorcé dès le IIe siècle. Au VIIe siècle, la situation linguistique était devenue extrêmement complexe dans l'ancien Empire romain: les langues germaniques étaient indispensables aux populations qui voulaient exercer une fonction politique, puisque tous les rois ne parlaient que l'une ou l'autre de ces langues; le latin n'était plus utilisé que pour les écrits; le peuple, lui, avait remplacé l'ancien latin populaire par une nouvelle langue: le roman aux différentes variétés, qui deviendra plus tard le français, l'occitan, le catalan, etc.

influance de superstrat germanique

-les francs finirent avec le temps par imposer a la population gallo-romaine leur civilisation(leur lois,mode de vie ,coutume,institution politique...) l'influance ne fut pas unilaterale.les francs qui s'installeret a gaule subirent l'influance de gallo-romaine.il s'effectua une processus de penetration reciprique des cultures francs et gallo-romaines. le contacte linguistique ne fut qu'un aspect de se contact de culture et l'interferance linguistique - l'une des manifestation de cette penetration reciproque de culture.

lexique

les emprunts au franciques du 5 au 8 s se rapportenet au spheres suivants:1) hibridation des mots latins et germaniques – alius – hoh= haut, usudare+brenn, brand=bruler. En ancien fr il y avait bcp de mots d’origine germanique qui ont disparu par la suite du fr, ou cour de son developpement. Pendant une longue periode les mots latins et germ pouvaient coexister, comme synonemes. Ensuite l’un de ces 2 mots a disparus.

p.ex. germ brant – lat espee(epee), bacon-lard

On estime que le nombre des emprunts germ dans l’AF s’elevait a 1000 mots. Parmis tout les mots emprentes aux langues germaniques, il y’en a pas un seul lie a la vie intellectuelle. Tous les mots francais, lies a la vie intellectuelle provient du latin.

Affixes empruntes : 1) les suff germ – ard(couard) aud (ribaud, laurdaud) ihg(enc, eng, and, an – tisserand, paysan) 2) les preff germ – for au sens pejoratif - forfait


Date: 2015-12-11; view: 1321


<== previous page | next page ==>
Théorie et pratique de la traduction | L’image sociolinguistique de la France à l’époque de l’ancien français.
doclecture.net - lectures - 2014-2019 year. Copyright infringement or personal data (0.002 sec.)