Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






Le métier poétique.

Les manifestes poétiques abondent chez les membres de la Pléiade. Ce souci de codification répond à l'anarchie des formes et des genres du Moyen Age, mais correspond aussi à la volonté de définir une place nouvelle pour le poète. Loin du courtisan, familier des fêtes et des récréations princières, celui-ci est invité à un travail dont la Pléiade a souligné l'aridité : « Qui veut voler par les mains et bouches des hommes doit longuement demeurer en sa chambre; et qui désire vivre en la mémoire de la postérité doit, comme mort en soi-même, suer et trembler maintes fois» (Du Bellay Défense, II, III).

Jacques Peletier du Mans (1517-1582)

Art poétique (1555)

Les vices se reconnaissent aisément pour être l'opposé des vertus, et on ne peut souligner justement celles-ci sans rappeler leur contraire. Comme nous avons dit que la clarté est le plus remarquable ornement du poème, ainsi l'obscurité se comptera pour son premier vice. Car il n'y a point de différence entre ne pas parler et ne pas être compris. Je penserais même qu'il est plus malhabile de parler obscurément que de ne pas parler du tout, car on occupe le temps d'un homme qui s'amuserait ailleurs.

Mais y a manière de juger les obscurités. Car si le poète n'use pas de mots trop recherchés, ni trop affectés, ni impropres, s'il n'est pas trop bref, s'il a suivi une bonne organisation (autant de points qui garantissent contre l'obscurité), alors ce sera la faute du lecteur, et non de l'auteur, s'il n'est pas compris. De même, si pour quelque fable alléguée en passant, si pour quelque problème de philosophie destiné à enrichir le discours, si pour quelque récit conté incidemment, en somme, si pour quelque allusion judicieuse, le lecteur est lent à comprendre, qu'il s'en accuse, et non pas l'auteur, qui serait plutôt coupable s'il avait écrit trop longuement et s'il enseignait comme dans une école.

Mais nous parlons ici de l'obscurité naturelle et, pour ainsi dire, radicale, qui se reconnaît au fait que l'écrivain, en tout point, ne sort pas de lui-même et persiste dans son style incompréhensible; quand on voit des points en lui qui pourraient se traiter plus clairement, quand on voit que cela lui vient d'une saisie trop éloignée; quand, après avoir longuement pesé ses intentions, on est contraint d'en deviner la moitié.

Il faut qu'en tout point un écrit soit louable du point de vue des doctes, mais qu'aux moins savants il offre aussitôt une apparence de beauté et l'espoir de pouvoir le comprendre. Et cela réside dans le fait de ne dire ni plus ni moins qu'il convient, chose très difficile, surtout dans notre poésie française, où la rime nous tient en grande sujétion. Mais c'est une raison supplémentaire de s'efforcer à la vertu et de montrer que la rime est d'une grande utilité, parce qu'elle oblige à penser longuement à bien faire. Sans cela, affluent toutes sortes de vices, comme, entre autres, la contradiction, qui, pour ne rien dissimuler, est fort fréquente dans notre poésie française où il y en a peu qui ne se contredisent pas, non seulement d'une œuvre à l'autre, mais aussi dans une même œuvre, et au même endroit. Ceci est un vice fort condamnable, qu'on doit d'autant plus soigneusement éviter qu'il arrive facilement. Car l'homme, étant composé de contraires et ayant l'esprit exposé à plein d'objets divers, douteux, obscurs, vrais et faux, ne peut que malaisément se maintenir dans un train invariable, sans trouver des rencontres, des obstacles, des troubles qui lui font oublier sa voie droite. De la même cause, viennent les redites, un peu plus excusables mais qui qui dénotent une nonchalance de style et d'examen.



Questions :

- Récapitulez les vertus préconisées par l'auteur.

- En quoi les recommandations de Peletier du Mans annoncent-elles l'idéal classique ? Prenez notamment connaissance des textes de Boileau et de La Bruyère dans le thème suivant, consacré au Classicisme.

 

3. Jeux poétiques.

La Pléiade fut une école exclusivement littéraire. Si la satire politique, voire un certain engagement, ne sont pas absents de l'œuvre de Ronsard ou de Du Bellay, ce n'est qu'au terme d'une maturation personnelle qui leur a fait mesurer le caractère un peu artificiel et maniériste des exercices et variations poétiques auxquels les membres de la Brigade s'adonnent de préférence. L'influence de Pétrarque est ici déterminante, qui offre un modèle perpétuellement renouvelé de déclaration amoureuse : recherches rares, expressions difficiles, traits d'esprit brillants (les concetti) orientent l'écriture vers une préciosité dont le siècle suivant se souviendra. Avec le temps, tous ces jeux apparurent un peu faux et engagèrent nos poètes vers un souci d'authenticité : « J'ai oublié l'art de pétrarquiser / Je veux d'amour franchement deviser, / Sans vous flatter et sans me déguiser » (Du Bellay).

Le topos de la « Belle Matineuse », dont l'éclat fait pâlir l'Aurore, prend naissance avec un sonnet de l'italien Rinieri. Il donna lieu à de multiples variations dans toute l'Europe et les poètes de la Pléiade en firent un de leurs motifs privilégiés. On trouvera ci-dessous la version traduite de Rinieri et trois adaptations différentes :

La mer était paisible; les forêts et les prés découvraient au ciel leurs fastes, fleurs et frondaisons, et déjà la nuit déchirait son voile, et éperonnait ses sombres chevaux ailés. L'aurore faisait tomber de ses cheveux dorés des perles d'un éclat vif et glacé, et déjà le Dieu qui naquit à Délos lançait ses rayons depuis les rives parfumées et précieuses de l'Orient; Quand d'Occident un soleil plus beau se leva, illuminant la face du jour et faisant pâlir l'image du Levant. Étoiles lumineuses, si rapides, éternelles et solitaires, dans la paix où vous êtes le beau visage que j'adore parut alors plus brillant et plus gracieux que vous.   (orthographe non modernisée) Déjà la nuit en son parc amassoit Un grand troupeau d'étoiles vagabondes, Et pour entrer aux cavernes profondes Fuyant le jour, ses noirs chevaulx chassoit ;   Déjà le ciel aux Indes rougissoit, Et l'Aulbe encor de ses tresses tant blondes Faisant gresler mille perlettes rondes, De ses thésorts les prez enrichissoit ;   Quand d'occident, comme une étoile vive, Je vy sortir dessus ta verte rive, O fleuve mien ! une Nymphe en rient.   Alors voyant cette nouvelle Aurore, Le jour honteux d'un double teint colore Et l'Angevin et l'Indique orient.   J. du Bellay, L'Olive sonnet LXXXIII (1549)
De ses cheveulx la rousoyante Aurore Eparsement les Indes remplissoyt, Et ja le ciel à longz traitz rougissoyt De meint esmail qui le matin decore,   Quand elle veit la Nymphe que j'adore Tresser son chef, dont l'or, qui jaunissoit, Le crespe honneur du sien esblouissoit, Voire elle mesme et tout le ciel encore.   Lors ses cheveux vergongneuse arracha, Si qu'en pleurant sa face elle cacha, Tant la beaulté des beaultez luy ennuye :   Et ses souspirs parmy l'air se suyvantz, Troys jours entiers enfanterent des ventz, Sa honte un feu, et ses yeulx une pluye.   P. de Ronsard, Amours sonnet XCI (1552-1553) Quand je te vis entre un millier de Dames, L'elite et fleur des nobles, et plus belles, Ta resplendeur telle estoyt parmy elles, Quelle est Venus sur les celestes flames.   Amour adonq' se vangea de mille ames Qui luy avoyent jadis esté rebelles, Telles tes yeux eurent leurs estincelles Par qui les cueurs d'un chacun tu enflames.   Phebus, jaloux de ta lumiere sainte, Couvrit le ciel d'un tenebreux nuage, Mais l'air, maugré sa clarté toute estainte,   Fut plus serain autour de ton visage. Adonq' le dieu d'une rage contreinte Versa de pleurs un large marescage.   J.A. de Baïf, Les Amours de Méline (1552)

 

Questions :

- Déterminez les points communs de ces trois textes puis leurs caractères spécifiques. Lequel vous semble le plus réussi ?

- Au siècle suivant, le motif de la « belle Matineuse » déclencha une querelle littéraire célèbre : les salons précieux se partagèrent en effet autour des mérites respectifs d'un sonnet de Claude Maleville et d'un autre de Vincent Voiture. Vous pourrez les consulter tous les deux et constater l'évolution du motif vers un certain maniérisme.

 

L'inspiration.

A l'école de Platon, les poètes de la Pléiade ont eu un haute idée de leur mission et les pages ne manquent pas, notamment chez Ronsard, où l'on note une fière confiance dans leur génie. Inspiré par un souffle divin, le poète est déjà le «suprême savant» dont parlera Rimbaud, et aussi celui qui parvient à la Connaissance au prix d'une ascèse solitaire. Au-delà du Romantisme, qui voudra inscrire le poète dans la Cité, c'est au Parnasse et au Symbolisme que font songer ces vers de Ronsard adressés au poète : «Tu n'auras point de peur qu'un Roi, de sa tempête,/ Te vienne en moins d'un jour escarbouiller la tête / Ou confisquer tes biens, mais, tout paisible et coi, / Tu vivras dans les bois pour la Muse et pour toi. »

Pierre de Ronsard (1524-1585)

 

Hymne de l'Automne (1555)

(orthographe non modernisée)

Le jour que je fu né, Apollon qui preside Aux Muses, me servit en ce monde de guide, M'anima d'un esprit subtil et vigoureux, Et me fit de science et d'honneur amoureux. En lieu des grands tresors et des richesses vaines, Qui aveuglent les yeux des personnes humaines, Me donna pour partage une fureur d'esprit, Et l'art de bien coucher ma verve par escrit. Il me haussa le cœur, haussa la fantasie, M'inspirant dedans l'âme un don de poësie, Que Dieu n'a concedé qu'à l'esprit agité Des poignans aiguillons de sa Divinité. Quand l'homme en est touché, il devient un prophete, Il predit toute chose avant qu'elle soit faite, Il cognoist la nature et les secrets des cieux, Et d'un esprit bouillant s'eleve entre les Dieux. Il cognoist la vertu des herbes et des pierres, Il enferme les vents, il charme les tonnerres ; Sciences que le peuple admire, et ne sçait pas Que Dieu les va donnant aux hommes d'icy bas, Quand ils ont de l'humain les âmes separées, Et qu'à telle fureur elles sont preparées Par oraison, par jeusne et penitence aussi, Dont aujourd'huy le monde a bien peu de souci. Car Dieu ne communique aux hommes ses mysteres, S'ils ne sont vertueux, devots et solitaires, Eslongnez des tyrans, et des peuples qui ont La malice en la main et l'impudence au front, Brulez d'ambition et tourmentez d'envie, Qui leur sert de bourreau tout le temps de leur vie. Je n'avois pas quinze ans que les monts et les bois Et les eaux me plaisoient plus que la cour des Rois, Et les noires forests espaisses de ramées, Et du bec des oiseaux les roches entamées ; Une valée, un antre en horreur obscurci, Un desert effroyable estoit tout mon souci ; A fin de voir au soir les Nymphes et les Fées Danser dessous la lune en cotte par les prées (Fantastique d'esprit), et de voir les Sylvains Estre boucs par les pieds et hommes par les mains, Et porter sur le front des cornes en la sorte Qu'un petit aignelet de quatre mois les porte. J'allois aprés la dance, et craintif je pressois Mes pas dedans le trac des Nymphes, et pensois Que pour mettre mon pied en leur trace poudreuse J'aurois incontinent l'âme plus genereuse ; Ainsi que l'Ascrean qui gravement sonna Quand l'une des neuf Sœurs du laurier luy donna. Or je ne fu trompé de ma jeune entreprise ; Car la gentille Euterpe ayant ma dextre prise, Pour m'oster le mortel par neuf fois me lava De l'eau d'une fontaine où peu de monde va, Me charma par neuf fois, puis d'une bouche enflée (Ayant dessus mon chef son haleine souflée) Me herissa le poil de crainte et de fureur, Et me remplit le cœur d'ingenieuse erreur, En me disant ainsi : « Puisque tu veux nous suivre, Heureux après la mort nous te ferons revivre Par longue renommée, et ton los ennobli Accablé du tombeau n'ira point en oubli.»

Questions :

- L'influence de Platon est ici déterminante, qui fait dire à Socrate à propos des poètes : « Ils parlent en effet, non en vertu d'un art, mais d'une puissance divine, [...] et le but de la divinité, en enlevant la raison à ces chanteurs et à ces prophètes divins et en se servant d'eux comme des serviteurs, c'est que nous, les auditeurs, nous sachions bien que ce ne sont pas eux les auteurs d'œuvres si belles, eux qui sont privés de raison, mais que c'est la divinité elle-même leur auteur, et que par leur organe, elle se fait entendre à nous.» (Ion, 534d).

- Relevez dans ce poème les termes qui caractérisent ce "don de poésie".

- Quelle place le poète est-il appelé à occuper dans la société de son temps ?

 


LE CLASSICISME

"Je suis maître de moi comme de l'univers."

Pierre Corneille, Cinna

Le mot latin «classicus» désigne un individu "de la première classe des citoyens". L'adjectif «classique» apparaît au XVIème siècle avec le sens d'«écrivain de premier ordre», mais ce sont les Romantiques qui, en définissant leur esthétique, imposeront a posteriori le sens que nous donnons aujourd'hui au mot «classicisme» : nous englobons par cette notion l'ensemble de la production littéraire et artistique qui coïncide avec le XVIIème siècle - et surtout avec le règne de Louis XIV -, dans laquelle nous reconnaissons des caractères d'ordre et d'équilibre alliés au goût des codifications esthétiques et morales.

On a pu voir dans ces caractères l'expression privilégiée du «génie français», et il est vrai qu'avec les écrivains classiques, la langue française parvient à la clarté et à l'élégance qui assureront son rayonnement (voyez le texte de Rivarol). Cependant on aurait tort de voir dans ce corpus de règles qui constitue le classicisme une conquête de la perfection gagnée sur le naturel et sur le cœur. Notre propos est de montrer au contraire, à l'aide d'une séquence bâtie sur quatre textes, que ce mouvement est toujours guidé par une volonté de conciliation de la sincérité et de la politesse, qui font plutôt du classicisme une école de la maîtrise de soi bâtie sur une recherche de l'harmonie.

Chronologie du classicisme

Assassinat d'Henri IV Richelieu au pouvoir Académie française Mazarin au pouvoir La Fronde Début du règne personnel de Louis XIV
Guerre de Hollande Querelle des Anciens et des Modernes La Cour à Versailles Révocation de l'Édit de Nantes Mort de Louis XIV  
 

 

Le français à retenu du latin l'idée de qualité, d'excellence. Au XVIIe siècle, ce terme désigne les auteurs antiques, latins particulièrement, dignes d'être enseignés dans les écoles. Ce n'est en fait qu'au début du XIXe siècle que les premiers écrivains du Moi donnent à ce mot son sens moderne, en l'opposant au romantisme naissant.


Date: 2015-12-11; view: 731


<== previous page | next page ==>
La poésie : parole heuristique | Les règles du devoir ».
doclecture.net - lectures - 2014-2022 year. Copyright infringement or personal data (0.016 sec.)