Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






V LE MESSAGE INCOMPRIS

 

Comme l'étrange effet d'un céleste mirage

au-dessus des flots bleus d'un océan lointain,

voici que, dans le fond de l'horizon humain,

est apparu l'auguste et mystique Message

 

Il n'est écrit, d'ailleurs, d'aucune vague main

sur le livre aérien d'un fulgurant nuage.

C'est une voix qui sort de la bouche d'un Sage ;

Elle apporte le sens du monde de demain.

 

Vous qui n'entendez point la Parole nouvelle,

jamais vous ne saurez ce que l'on sent en elle

de Puissance, d'Amour, de Paix et de Bonheur.

 

Et quoi que l'on vous dise, ou bien quoi que l'on fasse,

vous êtes enfoncés tellement dans l'erreur,

que vous tournez le dos quand la Vérité passe !

 

 

VI LE FEU MYSTIQUE

 

Nous t'avons attendu, nous t'avons espéré,

Seigneur, comme la nuit attend venir l'aurore.

Nous savions que vers nous tu reviendrais encore,

dans la douce splendeur de ton Être sacré.

 

Et voici qu'eu venu l'instant clair et suprême

où tout ce qui souffrait et aspirait vers Toi,

peut entendre le son enflammé de ta voix,

qui dit comment on prie et dit comment on aime.

 

Car tout pour toi, Seigneur, n'est qu'un brûlant Amour,

un grand et pur soleil qui darde nuit et jour,

et tu veux qu'à lui seul se réchauffent les êtres.

 

C'est ce Feu que tu viens, comme jadis d'ailleurs,

loin du trône des rois et de l'autel des prêtres,

allumer à nouveau dans des millions de cœurs.

 

 

VII QUAND TU SERAS PARMI NOUS

 

Seigneur, quand tu seras parmi nous, les pervers,

les violents, les fous, les impurs et les traîtres,

parmi ce tas de boue où s'agitent les êtres,

autour de toi viendront les dieux de l'univers.

 

En ce monde rempli de la folie humaine,

alors seront unis et le faible et le fort,

et la Terre verra ta présence soudaine

changer la face pâle et morne de la Mort.

 

Li vie encor sera le jardin de sagesse.

L'aile des anges blancs planera sur les fleurs.

Des souffles embaumés rempliront tous les cœurs,

et un beau chant divin résonnera sans cesse.

 

Car Toi seul, ô Seigneur, possèdes le pouvoir

de transformer soudain le fond obscur des âmes ;

de faire que l'aveugle aussi puisse te voir ;

de chasser des cerveaux les pensées infâmes.

 

 

Toi seul tu peux, d'un seul et magique regard,

démêler les replis des plus sombres consciences,

et dissiper la nuit de toutes les sciences,

où l'homme vainement plonge son œil hagard.

 

Puisque c'est bien en toi qu'habite la Lumière,

et que tu fais sur tout une grande clarté,

nous sentons que l'Amour est la force première,



chaque fois qu'un rayon vers nous est projeté.

 

En toi le Souverain Amour, Force des forces,

Vie des vies dont tous les mondes sont faits,

te feras revenir parmi nous, en effet.

Tout le sang de nos cœurs le clame dans nos torses !

 

 

LA VOIX QUI ILLUMINE

 

 

I L'ATTENDU

Des siècles sont passés dans leurs vagues obscures,

mais sans que soit venu Celui que l'on attend,

selon que c'est écrit dedans les Écritures,

le dieu qui doit surgir des profondeurs du temps.

 

- Oh ! toi qui ne sais rien de ce monde éclatant

d'où sort l'hymne divin des lumières futures,

Celui qu'on attendait depuis aussi longtemps

est venu. Il est là. Écoute ces murmures !

 

Tous les anges du ciel se penchent à Sa voix,

et les oiseaux charmés se taisent dans les bois,

en écoutant ce chant de la vie éternelle.

 

Comme eux tu peux, ô toi, l'homme au sombre cerveau,

ouvrir ton âme triste, et puis, sentir, en elle,

battre le cœur immense et pur du dieu nouveau !

 

 

II OMMEN

 

Après que si longtemps tous les dieux se sont tus,

voici venir les jours où le nouveau Jésus

va jeter son Amour aux vents froids de la haine,

dans le spasme effrayant de la douleur humaine.

Et, déjà, sa parole en mon cœur a laissé

l'empreinte lumineuse où le ciel a passé,

et qui laisse en nous tous de la clarté divine,

au point que notre vie entière s'illumine !

Jamais je n'ai senti la pauvreté des mots

autant qu'à ce moment, pour dire quels doux flots

de bonheur ont coulé dans le sang de mes veines,

depuis que j'entendis les paroles sereines

que la voix du Seigneur devant nous prononça.

 

Tout à coup, dans le soir, un grand souffle passa.

L'esprit divin et fort que nul jamais refoule

enveloppa d'amour l'âme de cette foule,

qui sentit le frisson venu de l'Au-delà,

et comprit que le Christ, en personne, était là !

Ce que dit Krishnai, notre Maître l'a dit,

et nul autre, d'ailleurs, dont le nom resplendit

comme un vivant soleil de lumière et de gloire,

n'a pu dire ce Verbe ardent, consolatoire,

qui, du tréfonds obscur des siècles révolus,

vient vibrer pour tous ceux qui ne l'attendaient plus!

 

 

III

 

JE VIENS...

 

Je viens vers ceux dont l'âme attend encor mon Ame ;

vers tous ceux dont le cœur a besoin de mon Cœur;

vers mon frère, l'homme, et vers ma sœur, la femme,

qui soupirent vers moi comme vers le Bonheur.

 

Aux oiseaux et aux fleurs, à tout ce qui respire

au sein de la nature, où rien n'existe en vain,

j'apporte la clarté du céleste sourire,

où la Vie et l'Amour ont mis leur sceau divin.

 

Je ne viens pas briser les Voûtes, ni les Dômes.

Je laisserai debout ce que les dieux ont fait

pour mettre un peu d'espoir dans la douleur des hommes,

et dans leurs cruautés la justice et la paix.

 

Je viens pour embellir le mirage du monde ;

pour lui donner le sens de la Réalité,

car je viens pour bâtir, sur sa base profonde,

le Temple Universel de la Fraternité.

 

 

IV

 

LA VOIX D'AMOUR

 

La terre, comme nous, dans ce beau soir d'été

rempli de lueur pure et de choses divines,

a compris que ta Voix, depuis les origines,

vibrait, écho vivant de ton Éternité.

 

Le silence des bois lui-même a palpité

quand notre cœur battait au fond de nos poitrines,

aux mots graves et doux des suprêmes doctrines

que tu disais, ô Maître, à ton Humanité.

 

Tu nous parlais, d'ailleurs, comme au temps des prophètes,

Ta parole planait au-dessus de nos têtes,

signes avant-coureurs de ton prochain Retour

 

Aimez les malheureux ; aimez ainsi que j'aime.

Chaque être dans ce monde est un autre moi-même.

Je viens donner mon cœur aux assoiffés d'Amour !

 

V

 

LE PRÉDESTINÉ

 

De savoir seulement que sur tes lèvres pures

passera le frisson des vérités futures,

et de savoir qu'ainsi, bientôt, à travers toi,

le grand souffle sacré de la nouvelle foi

va passer comme un flot d'Amour et de Lumière,

où vibre le chant pur du ciel et de la terre,

je t'apporte mon cœur où le divin est né,

ô toi, Krishnamurti, toi, le Prédestiné !

 

Devant le clair destin qui plane sur ton être,

je sens que le mystère éternel te pénètre

dans ce qu'il a de grand, et de saint et de fort,

puisqu'il est au-dessus de la vie et la mort.

Je sens, comme l'on sent lorsque vraiment on aime,

que tu deviens, pour tous, l'Espérance suprême,

et qu'un nouveau Jésus, tel celui du passé,

est venu pour Parler au vieux monde lassé,

et lui dire les mots sages que l'homme oublie

dans son rêve brutal et sa rouge folie !

C'est par toi que le Christ bientôt va revenir

pour jeter du bonheur au fond de l'avenir.

Déjà, le doux Seigneur que la terre réclame

doucement s'est servi de la fleur de ton âme,

emplie des parfums des roses de l'été,

car Lui-même y versa l'aube de Sa Clarté

 

Seulement quelques mots sont tombés de tes lèvres,

faisant de la rosée ardente sur nos fièvres,

et ce fut, tout à coup, dans nos sombres esprits,

un vaste et doux éclair. Et nous t'avons compris.

C'est vers tout ce qui pleure et vers tout ce qui souffre,

c'est vers tous ceux qui sont sur les bords noirs du gouffre,

vers les désespérés, vers tous les malheureux,

et qui ne savent pas le dieu qui dort en eux,

qu'Il nous a dit d'aller annoncer Sa Venue !

Qu'on se sent le cœur froid, qu'on se sent l'âme nue,

que l'on se sent impur à regarder le jour,

lorsqu'on entend vibrer un tel immense Amour

sur ta bouche inspirée à jamais asservie

au Maître de la Mort, au Maître de la Vie !

O toi qui t'es offert, ô toi qui t'es donné,

toi qui, pour Le Servir, as tout abandonné,

pour que soit répandu le mystique Message

du plus humain des dieux et du plus divin Sage,

je tremble, hélas ! parfois, et parfois, oui, j'ai peur

de voir que l'infini pénètre dans ton cœur,

et que la foule énorme est si mal préparée

à comprendre ta Voix amoureuse et sacrée !

 

 

VI

 

RENAISSANCE

 

Sorti de son silence où le profond mystère

règne sur les sommets de la sérénité,

le Maître de l'Amour, l'Homme d'Eternité,

est présent maintenant, parmi nous, sur la terre.

 

On avait attendu l'heure où le Solitaire

reviendrait tout à coup dans sa divinité,

pour donner son grand cœur à notre humanité.

Le Christ, qui s'était tu, ne pouvait plus se taire.

 

Car il fallait qu'il vienne, ainsi que l'autre fois,

lorsqu'il jeta la fleur céleste de l'Idée

aux foules en douleur de la sombre Judée.

 

Et nous verrons qu'au son de sa mystique voix,

au suprême pouvoir qui jaillit de son Etre,

le monde, par l'Amour et l'Esprit, va renaître !

 

VII

 

LE CHRIST EST REVENU

 

Voici les temps venus ! L'heure sainte du monde

sonne au cadran du siècle, au milieu de la nuit.

Là-bas, à l'horizon, un vaste éclair a lui

l'Esprit divin descend sur notre terre immonde.

 

Car Il revient encore une suprême fois,

pour qu'à nouveau le ciel avec ses anges bouge,

au moment ténébreux où, dans sa griffe rouge,

l'ombre du mal étreint les peuples et les rois.

 

O quelle extase immense éclaire sa Venue !

Tout frissonne d'amour dans l'âme des forêts ;

des souffles de bonheur traversent le vent frais,

depuis le sol durci jusqu'à l'errante nue.

 

Il semble que les chants des vagues sont plus beaux.

Toute chose, ici-bas, le rugueux ou le tendre,

en silence s'apprête à l'aimer, à l'entendre,

lorsque Sa voix fera tressaillir les tombeaux.

 

 

VIII

 

L'ESPOIR DES SIÈCLES

 

Après des siècles faits de gloire et de souffrance,

après des jours de sang, d'orgueil et de terreur,

le monde écoute encor au fond du gouffre immense

s'il ne vient pas d'échos de la voix du Bonheur.

 

C'est que l'humanité, depuis sa triste enfance,

ne voyant dans la mort que tristesse et que peur,

succombe sous le poids écrasant de l'erreur,

mais écoute toujours la voix de l'espérance.

 

Elle espère qu'un dieu, maître de ses destins,

rallumera le feu de ses flambeaux éteints

pour la guider bien loin, hors des chemins de l'ombre.

 

Car, malgré que l'erreur dure depuis longtemps

et que l'homme est en proie au doute impur et sombre,

un nouveau cri d'espoir sort de la nuit des temps !

 

 

IX

 

LE SEIGNEUR ÉTAIT LA...

 

Il était là, Celui dont la sainte Présence

vient mettre dans les cœurs le soleil de son Cœur,

et sur les fronts obscurs vient poser la douceur

de son ardente paix et de son souffle immense.

 

Il était là, le Maître ; il était parmi nous,

le Seigneur dont l'amour déborde sur le monde,

le Roi de tous les rois de la terre et de l'onde,

et dont le nom seul met les hommes à genoux.

 

Il était là, vivant et sublime symbole,

esprit en qui l'on voit l'esprit de l'univers.

Et tous nos pâles fronts étaient relevés vers

le sens humain et clair de sa tendre parole.

Il était là, car Il dit seulement ce qu'un dieu

aux peuples d'ici-bas et aux anges peut dire.

Dans l'azur de ses mots l'humanité respire,

et l'âme de la vie ouvre son voile bleu.

 

Il était là, Celui qui parle aux pauvres âmes

le langage divin si rempli de clarté,

si rempli de l'ardeur dévorante des flammes,

qu'il semble que dans lui parle l'Éternité.

 

 

X

 

LE RETOUR DES DIEUX

 

Quand les Anges du ciel marchaient parmi les hommes,

en prenant par la main les plus sages d'entre eux,

le monde était meilleur en des temps plus heureux.

 

Aujourd'hui que l'on voit leurs formes sur les dômes

des temples où l'encens les enveloppe en vain,

on n'entend plus le chant de leur souffle divin.

 

Les mortels éblouis des femmes sur la terre

se détournent du rêve angéliquement clair,

mêlant leur ombre épaisse à l'ombre de leur chair.

 

Mais nous verrons bientôt s'accomplir le mystère,

où les dieux, revenus dans leur sainte beauté,

promèneront leurs corps à travers la cité.

 

Les temps vont revenir des célestes présences.

Les foules toucheront de leurs impures mains

le vêtement sacré des Êtres surhumains.

 

 

XI

 

ET LE SEIGNEUR PARLA...

 

De t'avoir entendu, Seigneur, je suis tout autre.

Un peu de ton Amour s'est approché de moi.

Quelque chose du ciel, quelque chose de Toi

a fait de mon cœur d'homme un cœur nouveau d'apôtre.

 

Depuis que le divin a parlé par ta Voix,

je suis loin de l'erreur où le monde se vautre,

loin du triste bigot avec son patenôtre,

et qui prie et gémit, mais seulement pour soi.

 

Maintenant j'ai compris le sens de ta Parole.

Je ne suis plus l'acteur jouant en vain son rôle.

Je sais mieux désormais ce que tu veux de nous

 

si nous ne savons pas consoler tous nos frères,

apaiser leurs douleurs et guérir leurs misères,

il ne sert de plus rien de prier à genoux !

 

 

XII

 

LE CHANT DE L'ILLUMINÉ

 

Tu ne sais pas quel dieu splendide chante en toi

la divine chanson du grand Rêve de l'Aine,

ni quel puissant esprit, fait de force et de flamme,

lorsqu'en nous naît l'Amour, et que brûle la Foi.

 

Tu ne sais pas ce qu'eu d'être conscient de soi ;

de se sentir sauvé de la tristesse infâme ;

d'avoir un cœur d'enfant, une bonté de femme,

et de savoir unir la douceur et la loi.

 

Ah ! Ne plus sentir que les ronces vous blessent ;

voir que les sombres cris de vos souffrances cessent,

et ressembler au calme illuminé des bois,

 

loin des vaines clameurs, des affres, et des cales,

du grand bruit douloureux des villes aux abois,

pour se fondre dans l'or des splendeurs aurorales !

 

XIII

 

LA GRANDE EXTASE

 

Voir dans l'éternité suprême de la vie,

dans la lumière où danse et chante le bonheur,

dans la beauté divine où notre âme ravie,

immensément regarde au fond de notre cœur !

 

C'est là que le saint plonge un vieil rempli d'extase,

et voit s'illuminer tout à coup l'univers,

comme s'il pouvait voir, fixement, à travers

l'essence dont l'Esprit de Dieu seul e st la base.

 

Voir dans cette unité sublime du Réel,

dans ce vivant amour ineffable des choses,

où toutes les bontés du monde sont encloses,

 

qu'on est un pur fragment du bien universel,

et que l'on trouve, enfin, dans le sein de soi-même,

le grand feu dévorant, et par lequel on aime !.

 

XIV

 

PAROLES DE FOI

 

Tandis qu'un passé noir dans l'inconnu s'enfonce,

laisse-moi, dieu nouveau que l'aurore m'annonce,

aller vers toi, comme on va, chantant, le front clair,

voir se lever, là-bas, le soleil sur la mer !

 

Laisse-moi fuir vers toi ! La terre, elle et si belle,

quand on se sent aller vers ta clarté nouvelle,

car des milliers d'oiseaux chantent au fond du cœur

dès qu'on sent ta présence, ici-bas, ô Seigneur !

 

Laisse-moi voir s'ouvrir sur la route profonde

tes yeux, astres où luit la sagesse du monde,

ces lacs pleins de mystère où se mirent les cieux,

avec tout ce qu'ils ont de promesses en eux !

 

Laisse ta voix, pareille au chant de la lumière,

se mêler doucement à ma calme prière

lorsqu'aux étoiles d'or je dis tous mes espoirs

dans le silence bleu du ciel de nos grands soirs !

 

Laisse-moi te trouver avant l'heure suprême,

où la mort doit venir me chercher elle-même,

car je te cherche, afin d'être par toi conduit

comme un aveugle au fond de l'éternelle nuit !

 

 

XV

 

L'APPEL SUPRÊME

 

O Toi qu'on nomme encor dans l'obscure prière

le saint Roi de l'Amour, le dieu de la Lumière,

ô Toi vers qui s'en va mon plus sublime espoir...

Maître, me laisseras-tu mourir sans te voir ?

 

Je ne suis rien qu'une âme enflammée de rêve,

de beauté, de sagesse, et qui vers toi s'élève,

comme un cierge brûlant, tout droit, vers l'ostensoir...

Maître, me laisseras-tu mourir sans te voir ?

 

Toi, le pain et le vin véritables de Vie,

la parfaite splendeur, la pure eucharistie ;

de la divinité le céleste miroir...

Maître, me laisseras-tu mourir sans te voir ?

 

Si, déjà, j'entendis ta suave Parole,

qui met la vérité divine en parabole,

briller, comme une étoile, au fond d'un calme soir...

Maître, me laisseras-tu mourir sans te voir ?

 

Si tes pas vont fouler les routes de ce monde,

je veux baiser tes pieds qui, dans la boue immonde,

laisseront à jamais leurs clartés se mouvoir...

Maître, me laisseras-tu mourir sans te voir ?

 

XVI

 

L'APÔTRE NOUVEAU

 

Soyez heureux, dit-il, et doux envers vos frères.

Je viens pour apaiser, dans un monde meilleur,

le cri désespéré de l'humaine douleur,

qui sort du gouffre noir où volent vos chimères.

 

Car c'est parce que j'aime, et que je sais l'ampleur

du grand souffle divin qui traverse les sphères,

au-dessus du brouillard des choses éphémères,

que je viens parmi vous en ardent Éveilleur.

 

J'éveille l'amour pur dans l'homme plein de haine,

je chasse le démon de la tristesse vaine

qui pèse sur les fronts comme un grand oiseau noir.

 

Mon âme est un soleil de lumière vivante,

un riche diamant étincelant d'espoir,

et dans mon cœur joyeux le dieu du bonheur chante !

 

 

LE DON DU BONHEUR

 

I

 

VIA BEATA

 

Que cherches-tu, là-bas, ô pauvre âme lassée,

â travers le chaos de ta vie angoissée ?

Sur quels chemins boueux la trace de tes pas

cherche-t-elle toujours ce qu'on n'y trouve pas ?

Si souvent s'est ouvert devant toi le grand vide

lorsque tes pieds saignants, sur le sentier rigide,

montaient et, comme ceux d'un pâle pèlerin,

toujours semblaient fouler la montagne d'airain.

Combien de siècles morts ont vu ton âme sombre

vers le sommet désert, qui disparaît dans l'ombre,

s'en aller, seule et triste, et t'ont vu s'accrocher

aux flancs abrupts et noirs du sinistre rocher,

sans qu'une douce main prenne ta main tremblante

pour guider sûrement ta marche dure et lente ?

Combien de fois as-tu dû naître, et puis mourir,

sans que toujours tu n'as, devant toi, vu s'enfuir,

comme le souffle vain d'une nuée creuse,

ton rêve de bonheur dans une vie heureuse ?

Combien de rouges soirs et de matins glacés

ont vu s'évanouir tes espoirs inlassés,

combien de ciels brûlants, combien d'aurores pâles,

ont entendu tes cris, tes sanglots et tes râles ?

- Mais rien ne dure, et tout voit arriver sa fin.

Au fond du gouffre noir le bras fort du destin,

d'un coup, jette la coupe amère des tristesses.

Déjà, ton heure vient où brillent les promesses.

Pour toi tout recommence et pour toi se refait.

Dans un souffle nouveau l'aube apporte la paix.

On dirait que le monde écoute une prière

en entendant vibrer le chant de la lumière,

car c'est un dieu suave que nul jamais ne voit,

et qui, très doucement, fait entendre sa voix

- Je veux, tel du soleil sur un beau paysage,

voir un peu de bonheur éclairer ton visage,

et, comme on voit briller l'étoile dans les cieux,

ta belle âme venir au fond de tes grands yeux.

Je veux que sur ton front, où de l'ombre est tracée,

apparaisse l'éclat de la pure pensée,

afin que sur la terre, où le doute est le roi,

tu reflètes un peu d'espérance et de foi.

Sur ta bouche, je veux qu'un mystique sourire

accompagne toujours ton silence, ou ton dire,

pour qu'on t'appelle aussi joyau de la bonté,

perle de la douceur, fleur de l'humanité,

ou que, pareil à l'or d'une sainte relique,

tu sois un pur reflet de l'amour angélique.

Si tu ne sais encor le secret du Bonheur,

écoute seulement ce que te dit ton cœur ;

sache que dans le fond lumineux de toi-même

se trouve le pouvoir adorable et suprême

celui qui fait aimer ce qui meurt ou revit

dans la beauté divine et vaste de l'Esprit !

 

 

II

 

LE BONHEUR DES CHOSES

 

Vois : l'étoile est heureuse au fond du firmament !

Tout e t joie, au matin, dans le bois solitaire

L'arbre, l'oiseau, la fleur ont un grand cœur aimant.

Le bonheur e t le souffle immense de la Terre.

 

Toi seul es triste, hélas ! toi, l'homme, mon frère.

Sur ton front s'est fixé l'inutile tourment.

L'ombre du petit moi n'est qu'une ombre éphémère.

Deviens un avec tout ; aimes, immensément !

 

Même la mort est douce, et à la paix convie.

La nature en entier s'éclaire à sa beauté.

C'est par elle qu'on sait la suprême Unité.

 

Car, dans la plénitude énorme de la vie,

notre âme éprouve, alors, au sein du vaste Éther,

ce que la goutte d'eau doit sentir dans la mer.

 

 

III

 

LES DEUX BONHEURS

 

L'un es`t celui qui fait les hommes pleins d'eux-mêmes.

Ils pensent que le monde existe seul pour eux.

Leurs désirs assouvis sont les choses suprêmes,

qui les rendent contents, placides, et heureux.

 

Ce sont les ventres pleins, ce sont les cerveaux creux.

Ils n'aiment point toucher aux mystiques problèmes.

L'idée de la mort les rend fous et peureux.

Ils gardent le mépris des faiseurs de poèmes.

 

Mais l'autre, c'est celui dont la foule se rit.

Il pose sur les fronts le baiser de l'esprit,

et fait chanter des voix célestes tes dans notre âme.

 

Et ce bonheur divin, nul ne l'a mérité,

avant que dans son cœur ne s'allume la flamme

aux flambeaux de l'Amour et de la Vérité.

 

IV

 

LE CŒUR ÉTERNEL

 

Nous avons tous en nous la lumière du monde.

Malgré notre ignorance ineffable et profonde,

un dieu vivant et clair brille au fond de nos cœurs.

Il fait du genre humain des frères et des sueurs,

comme s'ils étaient tous un vaste et un seul Être

en qui la même Vie, immensément, pénètre.

Plus belle que l'aurore aux frissons lumineux,

plus pure que l'étoile, adorable à nos yeux,

plus claire qu'un soleil du grand midi de flamme,

telle est cette lumière invisible de l'Ame !

Ceux dont le regard clair plonge dans l'infini,

et dont nulle ombre impure et dense n'a terni

la grande vision des effets et des causes,

savent qu'une clarté divine est dans les choses,

et que dans l'homme obscur, dans le moindre passant,

ils peuvent voir l'éclat de son reflet puissant

illuminer le fond sacré de sa poitrine,

comme celle du saint que l'extase domine

lorsqu'il sort, en esprit, du monde extérieur,

où les ténèbres sont et le mal et l'erreur.

Les hommes très pieux qu'exalte la prière

ont vu souvent briller cette intense lumière.

Les femmes dont l'amour extatique est la loi,

dont Jésus est l'Amant et l'Époux et le Roi,

ces vierges qu'un désir immatériel consume,

tandis que sur l'autel l'encens mystique fume,

savent aussi comment, tout à coup, l'on peut voir

étinceler l'humain et céleste miroir.

Car tous ceux dont les yeux sont faits de clairvoyance

ont vu que toute vie est pleine de l'essence,

où rayonnent l'Amour et la Beauté du Ciel,

à travers la splendeur de leur cœur éternel !

 

 

V

 

SÉRÉNITÉ

 

Là seulement, Seigneur, dans la beauté des choses,

dans les bois, sur les monts, dans les prés, dans les roses,

dans le parfum sacré des milliers de fleurs,

dans le ciel étoilé, dans les saintes lueurs

des crépuscules d'or et des calmes aurores,

dans le bruit de la source et le chant des oiseaux,

dans la mer palpitante et vaste dont les eaux,

dans le silence font un mystique murmure,

pareil au son de Dieu dans l'immense Nature,

seulement là, Seigneur, on te sent, on te voit,

et l'on pense, et l'on pleure, et l'on aime, et l'on croit !

 

 

VI

 

LA GRANDE VISION

 

Seigneur, avant d'avoir dans l'aube de mes yeux

la grande vision de ta gloire éternelle,

ton Image est en moi, comme celle des dieux,

dans le fond de mon cœur, indescriptible et belle.

 

Mais un jour doit venir où je pourrai te voir,

Toi, la réalité divine de la Vie,

la splendeur du matin et la splendeur du soir,

et vers qui tout mon être aspire et toujours crie.

 

Je sais que je verrai ta suprême beauté,

ton doux visage plein d'amour et de sagesse,

tes mains qui font partout de la calme clarté,

et tes beaux pieds divins que toute fleur caresse.

 

Je sais que je verrai tout à coup resplendir

l'océan de ton cœur où la Lumière abonde,

et que mon âme, enfin, alors pourra bondir

hors de la triste nuit des choses de ce monde !

 

 

VII

 

LE VOL SPIRITUEL

 

Prends ton vol, ô mon Ame, et pars vers l'infini !

Pour rester mieux à l'ordre universel uni,

comme un aigle puissant, remonte dans l'espace,

jusqu'à ce que sous toi ce monde obscur s'efface,

petite chose triste où l'homme est plein de lui,

et dont ne reste rien pour l'âme qui l'a fui.

Retourne à la lumière, à la source de l'être,

au grand rêve éternel où l'esprit seul pénètre.

Ne crains point de te perdre au fond de l'Inconnu,

car dans l'immensité rien est vide et est nu,

et le silence est plein d'une innombrable vie.

Les mondes, par milliers, y font une harmonie,

et leurs chants sont l'écho du chant qui vient de Dieu.

Monte ! Monte ! Monte encor au fond du gouffre bleu

Qu'un grand souffle divin fasse vibrer tes ailes

dans la fluide splendeur des choses éternelles,

et, loin des dogmes lourds, dans l'immortalité,

vole, tout droit, d'un bond, vers plus de Vérité !

 

 

VIII

 

LA BONNE MORT

 

La mort, douce et tranquille, est venue vers toi

comme une tendre amie et une bonne mère,

qui savent que la vie est la chose éphémère,

et combien l'homme a tort quand il songe qu'à soi.

 

Tu ne te doutais point que la mort est si belle.

Mais tu sais, maintenant que le voile est levé,

que nul beau rêve humain ne peut être achevé

sans cette immense paix qui nous vient toujours d'elle.

 

Regarde, là, ton corps glacé dans le cercueil.

Autour de lui, c'est l'ombre et la douleur, le deuil.

Ce n'était donc pas toi ce très peu de matière !

 

Et puisque tu survis au sein de la clarté,

tu sais mieux à présent toute la vérité

la mort n'est point la nuit, mais elle est la lumière !

 

IX

 

LE CHANT SACRÉ

 

O sommets de la Vie ! O profondeurs sacrées !

Montagnes de mystère et de songe parées,

silence du vertige, abîmes lumineux,

où flottent puissamment la présence des dieux,

géants dont on perçoit le lyrique murmure,

orgues et harpes d'or de la sainte nature,

malheur, hélas ! à ceux - les chantres superflus -

qui ne vous voyent point, et ne vous chantent plus

 

Mais toi, dont le front pur se lève vers les cimes,

et qui sais que, là, sont les nuées sublimes

d'où sortent, par moments, dans la voûte des airs,

de splendides lueurs, des rayons, des éclairs,

chante, poète saint, dans le temple du monde,

rempli de rêve auguste et de splendeur profonde,

l'hymne que tous les dieux dans l'espace ont chanté

celui de la Lumière et de la Vérité !

Chante comme eux parmi les gloires de l'aurore,

afin que, de là-haut, ils entendent encore

monter la voix ardente et pure d'un humain,

et qu'ils sachent au moins que l'homme n'est point vain

quand il sait exhaler de sa frêle poitrine

le souffle de l'esprit qui l'inspire et l'anime,

et que son chant est plein du chant de la forêt !

Chante donc comme si l'océan chanterait

pour célébrer l'éther et ses millions d'étoiles,

lorsque la grande nuit partout étend ses voiles,

et que l'on sent planer dans son azur béni

rien que l'éternité, rien que de l'infini,

car, lorsque dans ton hymne immense et pathétique

s'élèvera le feu de la force mystique,

tu sentiras vibrer, et s'unir dans tes vers

ton grand cœur de poète au cœur de l'univers !

 

X

 

NOCTURNE LUCIDE

 

La nuit e t si divine et l'azur est si chaste

qu'on dirait que le monde, en sa douce clarté,

n'est fait que de sagesse, et que la Pureté

est éparse en son sein incorruptible et vaste !

 

Dans l'étoile qui darde, aucun rayon néfaste.

Et, comme aux temps lointains de la Nativité,

dans les horizons clairs, tout est paix et bonté.

La nocturne splendeur est sans trouble et sans faste.

 

Mais suis-je la seule ombre humaine sous le ciel

à voir un peu du fond du lumineux Abîme

dans cette transparence idéale et sublime ?

 

D'autres hommes aussi, voyants dans l'éternel,

de l'univers ont vu l'immense et fluide trame,

à travers le regard des yeux purs de leur Ame.

 

 

XI

 

L'AME TRIOMPHANTE

 

Toi dont toujours l'on doute et que toujours on nie,

Ame invisible et dont je sens le souffle en moi,

souveraine beauté cachée de la vie,

fais que je me sente à jamais mêlée à toi!

 

Fais que rien ici-bas nous trompe et nous sépare,

et que le lien divin qui nous tient réunis

soit comme la clarté salvatrice d'un phare

illuminant la mer dans le vent noir des nuits !

 

Sans toi, mon pauvre corps, cette ombre de mon être,

n'est qu'une morne épave errante sur les flots,

mais ta lumière est là, vivante, et me pénètre

jusque dans le torrent amer de mes sanglots.

 

Ame lumineuse et lucide et profonde,

mère des rêves clairs, pouvoir mystérieux,

c'est par toi que je vois et contemple le monde,

et c'est toi qui voit tout quand je ferme les yeux.

 

Ame sainte qui fait qu'on pleure et s'agenouille,

sois l'éternel soutien des peuples mécontents,

et guide vers l'Amour l'humanité qui grouille

dans l'engloutissement perpétuel du Temps.

 

Ame immortelle et qui, dans les ténèbres,

montre aux désespérés la vision du port,

tu seras, malgré tout, dans les heures funèbres,

celle qui doit rester plus forte que la Mort!

 

 

XII

 

LA VOIX DU SILENCE

 

Sois attentif toujours aux frissons du Silence.

Écoute avec ton cœur le chant clair des oiseaux,

le matin, dans les bois, où les petits ruisseaux

semblent la fraîche voix d'une divine enfance.

 

Sois attentif encor aux nuages du ciel.

Regarde les passer comme tes propres rêves,

le soir, lorsque l'on voit leurs grandes formes brèves,

et qu'on voudrait les suivre, et sans savoir lequel.

 

Sois attentif, quand même, à ces choses muettes,

en qui l'on sent frémir l'âme de l'univers,

aux montagnes, aux champs, aux jardins frais et verts,

à l'immense océan, comme aux moindres fleurettes.

 

Sois attentif à tout ce qui donne la foi

dans le mystère doux et saint de la nature;

un jour, tu l'entendras dire, dans un murmure

Le royaume de Dieu vit au dedans de toi.

 

 

XIII

 

L'ÉPREUVE INÉVITABLE

 

Après avoir sondé le fond noir de l'abîme

grouillant des serpents verts des désirs les plus vains,

l'initié voit au bout des horizons divins

se dresser vers le ciel une très haute cime.

 

Mais avant de gravir la montagne sublime,

avidement il boit dans la coupe des vins

le philtre empoisonné des ténébreux devins.

L'ivresse aveugle alors l'œil de son être intime.

 

Toujours, lorsque l'on veut atteindre le Sommet,

la puissance d'en-bas dans l'âme faible met

l'obstacle de la chair brûlante et satanique.

 

C'est qu'il faut que le Mal engendre la Douleur,

car nul jamais n'atteint l'altitude mystique

s'il n'a baigné ses pieds dans le sang de son cœur.

 

 

XIV

 

LE RÊVE DU MAGE

 

Comme l'oiseau des mers au vol des flots chantants

s'enivre de l'espace,

mon âme a soif des dieux dont les beaux corps flottants

se grisent d'infini, d'une aile à jamais lasse,

à travers tous les temps !

Que le vent de l'esprit des choses éternelles

M'emporte loin d'ici,

vers où vont les grands morts quand leurs âmes, plus belles,

sont pleines de l'extase et du divin souci

qu'on ne trouve qu'en elles !

Je veux me disperser dans le vaste univers

comme les anciens Mages,

loin des hommes obscurs et des peuples pervers,

regardant, sous leurs poids, du tourbillon des âges

les gouffres entr'ouverts !

Souffles originels, ô lumière féconde,

essence de l'azur,

absorbez-moi vivant dans les fonds de votre onde,

pour que je voie enfin, face à face, Être pur,

le mystère du monde

 

 

XV

LES DEUX AUBES

 

Mon Dieu ! que l'aube est triste et e t pâle aujourd'hui.

Est-ce que le soleil du monde s'est enfui ?

Que s'est-il donc passé cette nuit sur la terre ?

Combien d'êtres sont morts dans leur lit solitaire,

sans parents, sans amis, par tous abandonnés ?

Combien d'enfants nouveaux et pauvres sont-ils nés ?

Mon âme a peur de voir cette grande tristesse

d'un autre jour qui naît, mais sans que l'aube naisse,

et sans que les oiseaux, dans leurs émois touchants,

fassent vibrer dans l'air leurs ailes et leurs chants ?

Pourquoi donc, ô mon Dieu, ce silence et ce vide

jusqu'au fond angoissé de l'horizon livide ?

Tout ce morne lointain, toute cette pâleur,

sont-ce le signe sûr d'une immense douleur ?

On dirait la nature entière dans le doute,

quand la lumière d'or ne trouve plus sa route

à travers le désert implacable du ciel,

car perdre la clarté, c'est perdre l'essentiel.

Le monde est comme aveugle, à le voir sans aurore.

Mon Dieu, ton grand soleil dardera-t-il encore ?

 

Mes yeux, mes sombres yeux, le verrez-vous demain

remettre un peu d'espoir au fond du cœur humain ?

Et je songe, et j'attends, et j'aspire et espère,

comme l'ombre et la fleur ont soif de la lumière,

et comme l'homme est plein du besoin de l'esprit.

J'élève, malgré tout, mon âme dans un cri

où résonne la voix de la claire espérance

dans ce vide effrayant et ce morne silence,

où l'on entend passer le vent froid de la mort.

Mais je reste, quand même, inébranlable et fort,

face à face avec l'aube où l'espérance est morte,

et dont la lueur pâle et sinistre n'apporte

qu'un tragique reflet d'un redoutable soir,

plein du souffle mauvais de l'impur désespoir,

car l'homme qui connaît les puissances de l'âme

sait que toujours en lui brûle une sainte flamme,

et qu'il peut encor voir la divine splendeur

du monde et du soleil qu'il porte dans son cœur

 

 

XVI

 

LA LUMIÈRE CACHÉE

 

Il e t un merveilleux et haut Enseignement,

venu du fond sacré des grands Temples antiques,

où l'on pouvait, sur le fronton des clairs portiques,

lire des mots divins, gravés pieusement.

 

Selon que le passant était sage ou dément,

ou qu'il levait vers eux le regard des Sceptiques,

il méditait devant ces mots énigmatiques

Viens, cherche la Lumière - et en toi seulement !

 

Mais, hélas ! peu de ceux qui passent sur la terre,

foulant, d'un pas distrait, le sable du chemin,

ne savent pas encor que le même mystère,

 

dans le caillou, la fleur, la bête et l'être humain,

que la même clarté qui vibre dans l'atome,

brille au dedans du cœur insondable de l'homme.

 

XVII

 

PRINTEMPS D'EXIL

 

Dans le jardin, parmi les lis, parmi les roses,

dans le subtil éden des parfums, des couleurs,

que font, sous la clarté, les milliers de fleurs,

la paix surnaturelle enveloppe les choses.

 

C'est doux, c'est pur, c'est clair, et c'est plein de beauté.

On dirait que tout vit de rêve et de lumière ;

que l'ordre et l'innocence ont fécondé la terre,

et que le cœur de l'homme est empli de bonté.

 

L'enfant blond jase avec le vieux à barbe grise,

et l'écureuil furtif et le petit moineau

sautillent sur le pré, près du fluide jet d'eau,

que le soleil béni féeriquement irise.

 

C'est l'heure élyséenne où l'on se sent meilleur,

où l'on croit que le mal est très loin de ce monde,

parce que qu'un peu de joie inénarrable inonde

les abîmes béants de notre pauvre cœur.

 

C'est bien l'heure idéale au mirage suprême,

où l'oubli des douleurs, comme un voile divin,

rend splendide et réel ce qui nous semblait vain,

et que partout l'on sent le souffle de Dieu même !

 

 

XVIII

 

AMOUR

Je t'aime, ô Christ, bien plus que je te prie.

La prière est un cri jeté pour recevoir.

Je ne demande rien d'autre que de pouvoir

t'aimer, obscurément, comme on aime la Vie.

 

Je t'aime, et je ne sais d'où me vient cet Amour.

C'est ainsi que la fleur doit aimer la lumière ;

que le petit enfant boit au sein de sa mère,

et que l'oiseau s'envole à la clarté du jour.

 

Je t'aime, parce que je sens que tu nous aimes,

nous, les plus pauvres gens de cette humanité,

qui trouvent dans ton cœur rayonnant de bonté

on ne sait quoi de doux dans nos douleurs suprêmes.

 

Je t'aime, mais non point parce que c'est écrit.

Es-tu le Dieu vivant, ou bien simplement l'Homme ?

Que m'importe le nom par lequel on te nomme ;

je n'aime que l'Amour du monde en Jésus-Christ.

 

Je sais que pour certains t'aimer n'est que folie.

Pour eux, tu n'es d'ailleurs que le plus saint des Fous.

Mais je t'aime, quand même, et je suis à genoux

devant l'immense Amour dont ton âme est remplie !

 

XIX

 

LE JOYAU IMMATÉRIEL

 

Dans le fond de mon cœur il est une lumière

que ne peut voir jamais l'œil morne de la chair,

et ni les diamants rassemblés de la terre,

ni les astres, ne font un aussi pur éclair.

 

Feu divin, souffle ardent, flamme d'or, sainte essence

Aucun mot ne saurait définir son éclat.

Elle ressemble en rien à ce que l'on en pense,

mais je sais cependant que sa splendeur e9t là !

 

Je sais qu'elle est la vie et l'âme de mon être ;

que, sans cette clarté, je n'existerais pas ;

que son rayonnement suave me pénètre

et me guide partout, à chacun de mes pas.

 

Et, seul, le pur voyant, dans son extase, nomme

en un mot prononcé par un son musical,

où chante l'infini d'un immense idéal,

le nom du dieu caché dans la fange de l'homme !

 

XX

 

LES BELLES AMES

 

Le ciel donne parfois à la terre des âmes

si belles, que l'on voit comme un reflet des cieux

sur leur front, sur leurs mains, dans le fond de leurs yeux.

Ce ne sont plus alors des hommes ni des femmes.

 

Ces êtres ont l'éclat des astres et des flammes.

Un feu mystique et doux brûle toujours en eux.

Ils ressemblent souvent aux anges et aux dieux

posant un pied furtif sur nos boues infâmes.

 

La mort d'ailleurs les prend très vite par la main

et les emporte loin de ce bourbier humain,

où se complaît l'instinct de la foule publique.

 

Et quand ils sont partis dans le vaste Au-delà,

il semble cependant que flotte encore, là,

tout l'arome divin de leur âme angélique.

 

XXI

 

LE CHANT D'UN CROYANT PAUVRE

 

Depuis longtemps nous avons faim,

et nous aimons notre misère.

Malgré qu'on nous prive de pain,

aucun de nous ne désespère.

 

Nous sommes faits pour les douleurs,

nous sommes nés dans la souffrance ;

nos yeux connaissent tous les pleurs,

depuis le jour de la naissance.

 

Ce monde, il n'est point fait pour nous.

Pour lui, le Riche le réclame.

Mais quand nous prions à genoux,

un autre monde est dans notre âme.

 

Et pendant que de nous on rit

de n'avoir rien d'autre sur terre,

le Christ est là qui nous sourit,

dans l'Espérance et la Lumière !

 

XXII

 

A UN MORT

 

Te voilà disparu vers les clartés futures,

toi qui viens de franchir les Portes de la Mort,

Ombre heureuse, enfin, d'avoir quitté ce corps,

voué sinistrement aux pâles pourritures !

 

Du sein mystérieux du subtil Au-delà,

Esprit libre évadé de la terre lointaine,

tu comprends ce que sont et l'amour et la haine ;

tu sais que la réalité du monde seule est là.

 

Toi qui vois maintenant ce que c'est que la vie,

cet océan sombre où durant l'Éternité,

tourbillonne le flot de notre humanité,

rempli du grand secret dont ton âme est remplie.

 

Tu poursuis doucement ton rêve préféré.

Pour toi la terre triste où les hommes sanglotent

n'est qu'un très vain amas de choses, et qui flottent

dans le gouffre sans fond de l'Espace éthéré.

 

Mais quand, au jour écrit, après ta longue extase,

après les visions suprêmes dans l'azur,

tu reviendras parmi les hommes au front dur,

retombant dans la chair, dans le sang, dans la vase ;

 

quand tu te sentiras réellement mourir,

en renaissant encor â cette vie immonde,

au fond de la laideur qui trône sur le monde,

puisses-tu, nouveau frère, au moins te souvenir

 

du ciel antérieur et de la paix divine,

du vierge et saint amour de ce qu'eu l'Idéal,

du grand oubli divin des blessures du mal,

de tout ce que le rêve angélique combine,

 

afin qu'un doute affreux ne ronge plus ton cœur,

et pour que ta pensée, inaltérable et belle,

sente encor le frisson de ton âme immortelle

dans cette énormité suave du Bonheur !

 

 

XXIII

 

CHANSON SPIRITUALISTE

 

Ami, la Mort est belle.

Si tu sais bien la voir,

tu trouveras en elle

de la paix, de l'espoir.

 

La Mort, c'est l'autre Vie.

Au-dessus du tombeau,

l'âme heureuse prie

dans un monde plus beau.

 

La Terre est nue et triste

pour qui la voit de là.

Le poète et l'artiste

regrettent l'Au-delà.

 

C'est que dans leur pensée

le reflet est resté

de la splendeur passée

de l'Immortalité !

 

XXIV

 

LE GRAND BONHEUR

 

Quand le grand Instructeur des anges et des hommes,

reviendra dans ce monde égoïste où nous sommes,

pour dire tout ce que son Cœur attend de nous,

les peuples sauront-ils l'écouter à genoux ?

Comprendront-ils le sens divin de sa parole,

sauront-ils que, par Lui, un peu du Ciel les frôle,

et que Sa pure Étoile, où l'Espérance luit,

peut chasser de leurs fronts les ombres de la nuit ?

Devant Sa vérité suprême et ineffable,

quel est l'homme, à cette heure, assez pur, et capable,

assez bon seulement, assez pauvre d'esprit,

pour confronter avec le Cœur de Jésus-Christ,

son petit cœur tout plein de l'humaine folie ?

L'homme à rien d'éternel jamais ne se relie ;

il ne sait pas que dans la vaine volupté

le don saint de l'Amour vainement est jeté,

et qu'il n'y a, d'ailleurs, qu'un Bonheur sans mélanges,

c'est celui qui nous vient du Seigneur et des Anges.

 

POÈMES PHILOSOPHIQUES

 

 

I

 

PHILOSOPHIE

 

Qu'importe que tu sois le croyant ou l'athée !

L'un et l'autre ne sont rien en face du ciel,

qui garde le secret sur l'ordre et l'essentiel,

sans que l'Ame de l'homme en puisse être gâtée.

 

Qu'elle vienne des mains formidables d'un Dieu,

ou qu'elle est le produit d'une obscure cellule ;

que ce soit dans une aube, ou dans un crépuscule,

que sa naissance, au sein du monde, eut lieu,

 

qu'importe ! Nul ne sait où la grande Nature

insuffla de la vie à sa progéniture,

ni de quoi vient le souffle immense de l'Esprit.

 

Laisse donc, ô rêveur, tes pensées moroses ;

le vrai Sage, d'ailleurs, n'en pleure ni n'en rit.

Mais son cœur est tout plein du mystère des choses.

 

 

II

 

L'EXAMEN DE CONSCIENCE

 

Tu vécus pour tes sens et selon ta pensée.

Tu croyais que la vie était faite pour Toi.

Et tu pleures aussi d'avoir perdu la foi

dans une illusion coupable et insensée !

 

Tu n'a rien su, hélas ! de la divine Loi,

que les dieux éternels à jamais ont fixée,

qui fait pencher les cœurs vers toute âme blessée,

dans l'oubli lumineux et suave du moi.

 

Qu'as-tu fait à celui qui demandait de l'aide ?

Quelle rouge blessure ont su panser tes mains ?

Et qu'as-tu commandé d'un geste froid et raide ?

 

Regarde avec des yeux moins durs et moins hautains,

ô toi qui maintenant s'émeut et se chagrine,

quel pauvre cœur glacé renfermait ta poitrine !

 

III

 

SURVIVANCE

 

Lorsque, loin de mon pauvre corps,

enfin, j'aurai quitté la vie,

dans mon âme calme et ravie,

rien de moi-même sera mort!

 

Je laisserai la chose morte

de ma livide et froide chair,

entre les planches de bois clair,

que dans la terre l'on emporte.

 

Mais je serai toujours vivant,

malgré vos paroles funèbres!

Je volerai hors des ténèbres,

rapide et vif comme le vent!

 

Je m'en irai vers la lumière,

vers le beau monde des esprits,

vers les poètes incompris,

dont les croix sont au cimetière.

 

J'irai tout droit vers l'idéal,

au royaume réel des âmes,

souffles vivants, mystiques flammes,

qui rêvent dans l'oubli du mal.

 

Et je saurai que tous mes songes

de claire gloire et de beauté

sont des choses d'éternité,

et ne sont point de vains mensonges.

 

Et j'entendrai le vaste chant

que font les mondes dans l'Espace

lorsque l'Amour des anges passe

à travers l'Infini béant.

 

C'est pourquoi j'écris pour les hommes,

afin qu'ils sachent, par ces vers,

le sens divin de l'univers,

dans le mystère que nous sommes.

 

 

IV

 

L'OMBRE

 

L'ignorant ne peut voir la divine Lumière.

Il et certain, d'ailleurs, qu'elle n'existe pas.

Quand il rit bêtement de la cause première,

il ne sent que la terre obscure sous ses pas.

 

La vie n'est qu'une ombre, et n'a d'autres appâts

que ceux sortis du sein de l'inerte matière,

et tout retourne en elle, à l'instant du trépas,

dans le gouffre effrayant de la nature entière !

 

Les hommes vont ainsi sous le ciel, sans savoir

qu'ils marchent côte à côte dans une erreur profonde,

prenant pour de la nuit ce qu'ils ne peuvent voir.

 

Mais il n'y eut jamais dans le destin du monde

ni le moindre hasard aveugle et ténébreux ;

l'ombre et l'aveuglement ne résident qu'en eux

 

V

 

LES HAÏSSEURS

 

Leur cœur est froid et dur ; il y fait noir et rouge.

Quand il bat, l'on dirait, à son lourd battement,

qu'un reptile, enroulé dans de la vase, bouge.

Le vieux serpent du mal y glisse, froidement.

 

Et il est là, caché dans leur sombre poitrine.

Le démon familier, forme de leur vouloir,

enroule en eux, toujours, son ombre vipérine.

Et nul ne le connaît, et nul ne le peut voir.

 

Seul, l'homme au cœur divin, le Voyant ou le Mage,

dans la vierge clarté de son regard perçant,

voit quel immonde esprit empoisonne le sang

de tous ces haïsseurs pleins de fiel et de rage.

 

Mais, malgré le serpent, étouffeur de l'Amour,

malgré toute la haine immense qui l'agite,

le Sage voit a


Date: 2016-03-03; view: 155


<== previous page | next page ==>
IV POÈME MESSIANIQUE | Pronouns and determiners
doclecture.net - lectures - 2014-2017 year. Copyright infringement or personal data (0.634 sec.)