Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






Un grand homme de province à Paris

Les Deux poètes

C’est la partie la plus courte. Elle se déroule à Angoulême. David Séchard, fils d’un imprimeur, est lié par une amitié profonde à Lucien Chardon, jeune homme beau et lettré. Le père de David (type de l’avare qui souffre de devoir abandonner son activité à son fils) revend à son fils son imprimerie à des conditions très défavorables. David, qui a peu de goût pour les affaires, est proche de la ruine. Cependant, il parvient à subsister grâce au dévouement et à l’amour de sa femme, Ève, qui est la sœur de Lucien. Il recherche en secret un procédé permettant de produire du papier à faible coût et de meilleure qualité. Lucien, lui, se rapproche d'une femme de la noblesse, madame de Bargeton, qui voit en lui un poète de grand talent : il voit en elle sa Laure et, à l’imitation de Pétrarque, écrit un recueil de sonnets en son honneur. Elle l’introduit dans la bonne société d'Angoulême et s’éprend de lui. Cet amour platonique entre un radieux jeune homme et une femme mariée plus âgée est la source d'une des illusions que Lucien nourrit et qu'il perdra ensuite, d'où le titre Illusions perdues. Lucien s’enfuit finalement avec sa protectrice à Paris, pour y faire carrière.

Un grand homme de province à Paris

C’est la plus longue des trois parties. Lucien, arrivé à Paris, se montre bien misérable auprès des élégants parisiens. Pauvre et peu au fait des mœurs de la capitale, il se couvre de ridicule en faisant, à l'Opéra, ses premiers pas dans le monde, et madame de Bargeton l’abandonne rapidement car elle est dans son élément. Ses tentatives pour faire publier ses livres se soldent par des échecs. Il fait alors la connaissance de d’Arthez, un philosophe libéral qui l’introduit au Cénacle, un cercle de jeunes hommes de tendances politiques et d’occupations diverses qui partagent dans une amitié parfaite une vie ascétique au service de l’art ou de la science. Lucien fréquente le Cénacle pendant un temps. Mais, trop impatient pour réussir par la voie ardue du seul travail littéraire, il cède à la tentation du journalisme, un univers corrompu dans lequel il connaît rapidement le succès. Lucien signe alors ses articles Lucien de Rubempré(du nom de jeune fille de sa mère). Il s’éprend d’une jeune actrice, Coralie, et mène une vie de luxe. Son ambition le pousse à s’intéresser à la politique et, d’un journal libéral, il passe à un journal royaliste. Cela est très mal perçu dans le milieu journalistique : ses anciens amis l’attaquent violemment, ses nouveaux collègues ne le soutiennent pas. Il est vite ruiné ; à cela s’ajoute la mort de Coralie. Lucien se résout finalement à retourner à Angoulême pour solliciter l’aide de David (à qui il avait déjà auparavant demandé plusieurs aides financières, qui lui avaient été versées à chaque fois).



 

Les Souffrances de l’inventeur (d’abord publié sous le titre Ève et David)

David, au bout de nombreuses expériences, est parvenu à trouver le procédé qu’il recherchait depuis longtemps ; mais ses concurrents, les frères Cointet, ont, entretemps, réussi à le ruiner, notamment en reprenant certaines de ses idées (avec la complicité d’un espion, employé chez lui). Ruiné, David est mis en prison. Lorsqu’il apprend cette nouvelle catastrophe, Lucien, en partie responsable de cette ruine, à cause des deux grands faux billets qu’il s’était donnés, décide de se suicider mais, alors qu’il allait se noyer, un mystérieux abbé espagnol, Carlos Herrera, apparaît, qui l’en empêche. Il lui offre des flots d’argent, la réussite et la vengeance, à condition qu’il lui obéisse aveuglément. Lucien accepte ce pacte. Il envoie alors à David la somme nécessaire pour sortir de prison et part pour Paris avec l’étrange prêtre.

David parvient alors à un accord avec les Cointet, qui exploitent son invention. David et Ève se retirent à la campagne, dans le petit village de Marsac, pour y vivre simplement, mais aisément.

Personnages principaux

Lucien ChardonCe nom, qu’il tient de son père pharmacien, ne lui plaît pas car il le freine dans ses espoirs de réussite. Il lui préfère donc le nom noble de sa mère, de Rubempré. Il essayera d’obtenir ce changement de nom auprès du roi. Il ne l’obtiendra pas dans Illusions perdues, mais, plus tard, dans Splendeurs et misères des courtisanes, roman dans lequel il devient Lucien de Rubempré, un personnage lâche et sans scrupules, marionnette de Vautrin, le prêtre rencontré à la fin des « Souffrances de l’inventeur ».

Il représente un idéal de beauté, qui devient, puisque sa poésie n’est pas reconnue, son seul atout pour réussir dans le monde.

Ève ChardonLa sœur de Lucien est une très belle brune qui partage la beauté physique de son frère mais, hormis ce point commun, elle est aux antipodes de celui-ci. Ève est travailleuse, modeste et sait trouver le bonheur au milieu d’une vie simple, contrairement à Lucien, qui a besoin du tourbillon du monde parisien pour se sentir quelqu’un. Elle est dévouée à son mari, David Séchard, ainsi qu’à son frère, à qui elle donne de l’argent car elle croit en son potentiel de futur écrivain. Après les conduites inconséquentes de celui-ci, Ève sera plus méfiante et moins naïve à son égard. Balzac s’est inspiré de sa propre sœur, Laure Surville, pour créer ce personnage.

David SéchardDavid est tout le contraire de son père avare, le vieux Séchard, il est l’archétype de la générosité. Il accepte de lui racheter l’imprimerie au triple de sa valeur réelle, il dépense sans compter pour offrir une belle maison à son épouse, Ève, et à sa belle-mère, Mme Chardon, il offre de financer une partie du séjour à Paris de Lucien, son ancien camarade d’école, qu’il considère comme son frère. Lucide, il a conscience des défauts de Lucien, lequel aspire à une vie de plaisirs et de vanités plutôt que de travailler. David offre en cela un portrait opposé à celui de Lucien : il mène une vie simple et se préoccupe davantage des autres que de lui-même. Inventeur acharné, le génial David découvrira un procédé pour fabriquer du papier à bas prix, mais, naïf et piètre commerçant, se fera dépouiller de son brevet d’invention par les propriétaires de l’imprimerie concurrente, les frères Cointet.

Madame de BargetonLouise Anaïs de Nègrepelisse a épousé M. de Bargeton et est venue s’enterrer dans la ville d’Angoulême, où elle ne supporte pas la vie de province entourée d’aristocrates médiocres et médisants. Amoureuse de l’art poétique et de la personne de Lucien, elle se fait sa protectrice, malgré les cris outrés de l’aristocratie provinciale qui craint par-dessus tout une mésalliance. Lorsque, lasse de cette vie, elle décide de fuir cette atmosphère oppressante pour Paris, son orgueil d’aristocrate la poussera, une fois là-bas, à abandonner le malheureux roturier Lucien.

 

 


Date: 2016-01-03; view: 267


<== previous page | next page ==>
Visual perceptual illusions | BIBLIOGRAFÍA
doclecture.net - lectures - 2014-2017 year. Copyright infringement or personal data (0.006 sec.)