Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






Chapitre 12 – La Baignade

 

Dans le camp où je passe mes vacances, on fait des tas de choses dans la journée :

Le matin, on se lève à 8 heures. Vite, vite, il faut s’habiller, et puis on va au rassemblement. Là, on fait de la gymnastique, une deux, une deux, et puis après, on court pour faire sa toilette et on s’amuse bien en se jetant des tas d’eau à la figure les uns des autres. Après, ceux qui sont de service se dépêchent d’aller chercher le petit déjeuner, et il est drôlement bon le petit déjeuner, avec beaucoup de tartines Quand on a vite fini le petit déjeuner, on court à nos baraques pour faire les lits, mais on ne les fait pas comme Maman à la maison; on prend les draps et les couvertures, on les plie en quatre et on les met sur le matelas. Après ça, il y a les services, nettoyer les abords, aller chercher des choses pour M. Genou, l’économe, et puis il y a le rassemblement, il faut y courir, et on part à la plage pour la baignade. Après, il y a rassemblement de nouveau et on rentre au camp pour déjeuner, et il est chouette parce qu’on a toujours faim. Après le déjeuner, on chante des chansons: « En passant par la Lorraine avec mes sabots » et « C’est nous les gars de la marine ». Et puis il faut aller faire la sieste; c’est pas tellement amusant, mais c’est obligé, même si on trouve des excuses. Pendant la sieste, notre chef d’équipe nous surveille et nous raconte des histoires. Et puis, il y a un autre rassemblement et on retourne à la plage, on se baigne, il y a rassemblement et on retourne au camp pour le dîner. Après le dîner, on chante de nouveau, quelquefois autour d’un grand feu, et si on n’a pas de jeux de nuit, on va se coucher et il faut vite éteindre la lumière et dormir. Le restant du temps, on peut faire ce qu’on veut.

Ce que j’aime le mieux, moi, c’est la baignade. On y va tous avec nos chefs d’équipe et la plage est pour nous. Ce n’est pas tellement que les autres n’ont pas le droit d’y venir, mais quand ils y viennent, ils s’en vont. C’est peut-être parce qu’on fait beaucoup de bruit et qu’on joue à des tas de choses sur le sable.

On nous range par équipes. La mienne s’appelle l’équipe OEil-de-Lynx ; on est douze, on a un chef d’équipe très chouette et notre cri de ralliement, c’est : « Courage ! » Le chef d’équipe nous fait mettre autour de lui, et puis il nous dit: «Bon. Je ne veux pas d’imprudences. Vous allez rester tous groupés et ne vous éloignez pas trop du bord. Au coup de sifflet, vous retournez sur la plage. Je veux vous voir tous Interdiction de nager sous l’eau! Celui qui n’obéit pas sera privé de baignade. Vu ? Allez, pas de gymnastique, tous à l’eau ! » Et notre chef d’équipe a donné un gros coup de sifflet et nous sommes tous allés avec lui dans l’eau. Elle était froide, elle faisait des vagues, ce qu’elle pouvait être chouette!



Et puis on a vu que tous ceux de l’équipe n’étaient pas dans l’eau. Sur la plage, il en était resté un qui pleurait. C’était Paulin, qui pleure toujours et qui dit qu’il veut rentrer chez son papa et sa maman.

— Allons, Paulin! Viens ! a crié notre chef d’équipe.

— Non, a crié Paulin. J’ai peur! Je veux rentrer chez mon papa et ma maman! Et il s’est roulé sur le sable en criant qu’il était très malheureux.

— Bon, a dit le chef, restez groupés et ne bougez pas, je vais aller chercher votre camarade.

Et le chef est sorti de l’eau et il est allé parler à Paulin.

— Mais enfin, p’tit gars, il lui a dit, le chef, il ne faut pas avoir peur.

— Si, il faut! a crié Paulin. Si, il faut!

— Il n’y a aucun danger, a dit le chef. Viens, donne-moi la main, nous entrerons ensemble dans l’eau et je ne te lâcherai pas.

Paulin, en pleurant, lui a donné la main et il s’est fait tirer jusqu’à l’eau. Quand il a eu les pieds mouillés, il s’est mis à faire : « Hou hou ! C’est froid ! J’ai peur ! Je vais mourir Hou ! »

— Mais puisque je te dis qu’il n’y a aucun... a commencé à dire le chef; et puis il a ouvert des grands yeux et il a crié:

— Qui c’est, celui qui nage là-bas, vers la bouée? — C’est Crépin, a dit un des types de l’équipe ; il nage drôlement bien, il nous a parié qu’il allait jusqu’à la bouée.

Le chef a lâché la main de Paulin et il s’est mis à courir dans l’eau et à nager en criant:

« Crépin! Ici! Tout de suite! » et à siffler, et avec l’eau, le sifflet faisait un bruit de bulles. Et Paulin s’est mis à crier : « Ne me laissez pas seul! Je vais me noyer! Hou! Hou ! Papa! Maman ! Hou!» Et comme il avait juste les pieds dans l’eau, il était rigolo à voir.

Le chef est revenu avec Crépin, qui était tout fâché parce que le chef lui a dit de sortir de l’eau et de rester sur la plage. Et puis le chef a commencé à nous compter, et ça n’a pas été facile, parce que pendant qu’il n’était pas là, on était un peu partis chacun de notre côté, et comme le chef avait perdu son sifflet en allant chercher Crépin, il s’est mis à crier : « Equipe OEil-de-Lynx! Rassemblement! Equipe OEil-de-Lynx! Courage! Courage ! »

Et puis un autre chef d’équipe est venu et lui a dit : «Dis, Gérard, braille un peu moins fort, mes gars n’entendent plus mes coups de sifflet.» Et il faut dire que les chefs d’équipe faisaient un drôle de bruit en sifflant, criant et appelant. Et puis le chef nous a comptés, il a vu qu’on était tous là et il a envoyé Gualbert rejoindre Crépin sur la plage, parce qu’il était dans l’eau jusqu’au menton, et il criait: « Je suis tombé dans un trou! Au secours ! Je suis tombé dans un trou ! » Mais la vérité, c’est qu’il était accroupi. Il est rigolo, Gualbert!

Et puis les chefs d’équipe ont décidé que c’était assez de baignade pour ce matin et ils se sont mis à crier et à siffler: «Rassemblement par équipes sur la plage! » On s’est mis en rang et notre chef nous a comptés. « Onze ! il a dit. Il en manque un! » C’était Paulin, qui était assis dans l’eau et qui ne voulait pas en sortir.

— Je veux rester dans l’eau ! il criait. Si je sors, je vais avoir froid! Je veux rester !

Le chef, qui avait l’air de s’énerver, l’a ramené en le tirant par le bras et Paulin criait qu’il voulait rentrer chez son papa, chez sa maman, et dans l’eau. Et puis, quand le chef nous a comptés de nouveau, il a vu qu’il en manquait encore un.

— C’est Crépin... on lui a dit.

— Il n’est pas reparti dans l’eau ? a demandé notre chef, qui est devenu tout pâle.

Mais le chef de l’équipe à côté de la nôtre lui a dit : « J’en ai un de trop, il ne serait pas à toi, par hasard?» Et c’était Crépin, qui était allé parler à un type qui avait une tablette en chocolat.

Quand le chef est revenu avec Crépin, il nous a comptés de nouveau, et il a vu que nous étions treize.

— Lequel n’est pas de l’équipe OEil-de-Lynx? a demandé le chef.

— Moi, m’sieur, a dit un petit type qu’on ne Connaissait pas.

— Et tu es de quelle équipe, a dit le chef, celle des Aiglons ? celle des Jaguars ?

— Non, a dit le petit type, je suis de l’hôtel Bellevue et de la Plage. Mon papa, c’est celui qui dort, là-bas sur la jetée.

Et le petit type a appelé: «Papa! papa !» Et le monsieur qui dormait a levé la tête et puis tout doucement il est venu vers nous.

— Qu’est ce qu’il y a encore, Bobo? a demandé le monsieur.

Alors, notre chef d’équipe a dit:

— Votre petit est venu jouer avec nos enfants. On dirait que ça le tente, les colonies de vacances.

Alors, le monsieur a dit:

— Oui, mais je ne l’y enverrai jamais. Je ne veux pas vous vexer, mais sans les parents, j’ai l’impression que les enfants ne sont pas surveillés.

S’il y a une chose que M. Rateau, le chef de la colo, aime bien, à part les enfants, c’est les promenades en forêt. C’est pour cela que M. Rateau a attendu la fin du dîner avec impatience pour exposer sa petite idée...


Date: 2015-12-24; view: 100


<== previous page | next page ==>
Chapitre 11 – Courage ! | Chapitre 13 – La Pointe des Bourrasques
doclecture.net - lectures - 2014-2017 year. Copyright infringement or personal data (0.015 sec.)