Home Random Page


CATEGORIES:

BiologyChemistryConstructionCultureEcologyEconomyElectronicsFinanceGeographyHistoryInformaticsLawMathematicsMechanicsMedicineOtherPedagogyPhilosophyPhysicsPolicyPsychologySociologySportTourism






Chapitre 10 – Le départ

 

Aujourd’hui, je pars en colonie de vacances et je suis bien content. La seule chose qui m’ennuie, c’est que Papa et Maman ont l’air un peu triste ; c’est sûrement parce qu’ils ne sont pas habitués à rester seuls pendant les vacances.

Maman m’a aidé à faire la valise, avec les chemisettes, les shorts, les espadrilles, les petites autos, le maillot de bain, les serviettes, la locomotive du train électrique, les oeufs durs, les bananes, les sandwiches au saucisson et au fromage, le filet pour les crevettes, le pull à manches longues, les chaussettes et les billes. Bien sûr, on a dû faire quelques paquets parce que la valise n’était pas assez grande, mais ça ira.

Moi, j’avais peur de rater le train, et après le déjeuner, j’ai demandé à Papa s’il ne valait pas mieux partir tout de suite pour la gare. Mais Papa m’a dit que c’était encore un peu tôt, que le train partait à 6 heures du soir et que j’avais l’air bien impatient de les quitter. Et Maman est partie dans la cuisine avec son mouchoir, en disant qu’elle avait quelque chose dans l’oeil.

Je ne sais pas ce qu’ils ont, Papa et Maman, ils ont l’air bien embêtés. Tellement embêtés que je n’ose pas leur dire que ça me fait une grosse boule dans la gorge quand je pense que je ne vais pas les voir pendant presque un mois. Si je le leur disais, je suis sûr qu’ils se moqueraient de moi et qu’ils me gronderaient.

Moi, je ne savais pas quoi faire en attendant l’heure de partir, et Maman n’a pas été contente quand j’ai vidé la valise pour prendre les billes qui étaient au fond.

— Le petit ne tient plus en place, a dit Maman à Papa. Au fond, nous ferions peut-être mieux de partir tout de suite.

— Mais, a dit Papa, il manque encore une heure et demie jusqu’au départ du train.

— Bah! a dit Maman, en arrivant en avance, nous trouverons le quai vide et nous éviterons les bousculades et la confusion.

— Si tu veux, a dit Papa.

Nous sommes montés dans la voiture et nous sommes partis. Deux fois, parce que la première, nous avons oublié la valise à la maison.

A la gare, tout le monde était arrivé en avance. Il y avait plein de gens partout, qui criaient et faisaient du bruit. On a eu du mal à trouver une place pour mettre la voiture, très loin de la gare, et on a attendu Papa, qui a dû revenir a la voiture pour chercher la valise qu’il croyait que c’était Maman qui l’avait prise. Dans la gare, Papa nous a dit de rester bien ensemble pour ne pas nous perdre. Et puis il a vu un monsieur en uniforme, qui était rigolo parce qu’il avait la figure toute rouge et la casquette de travers.

— Pardon, monsieur, a demandé Papa, le quai numéro 11, s’il vous plaît?

— Vous le trouverez entre le quai numéro 10 et le quai numéro 12, a répondu le monsieur. Du moins, il était là-bas la dernière fois que j’y suis passé.



— Dites donc, vous.., a dit Papa; mais Maman a dit qu’il ne fallait pas s’énerver ni se disputer, qu’on trouverait bien le quai tout seuls.

Nous sommes arrivés devant le quai, qui était plein, plein, plein de monde, et Papa a acheté, pour lui et Maman, trois tickets de quai. Deux pour la première fois et un pour quand il est retourné chercher la valise qui était restée devant la machine qui donne les tickets.

— Bon, a dit Papa, restons calmes. Nous devons aller devant la voiture Y.

Comme le wagon qui était le plus près de l’entrée du quai, c’était la voiture A, on a dû marcher longtemps, et ça n’a pas été facile, à cause des gens, des chouettes petites voitures pleines de valises et de paniers et du parapluie du gros monsieur qui s’est accroché au filet à crevettes, et le monsieur et Papa se sont disputés, mais Maman a tiré Papa par le bras, ce qui a fait tomber le parapluie du monsieur qui était toujours accroché au filet à crevettes. Mais ça s’est très bien arrangé, parce qu’avec le bruit de la gare, on n’a pas entendu ce que criait le monsieur.

 

Devant le wagon Y, il y avait des tas de types de mon âge, des papas, des mamans et un monsieur qui tenait une pancarte où c’était écrit « Camp Bleu » : c’est le nom de la colonie de vacances où je vais. Tout le monde criait. Le monsieur à la pancarte avait des papiers dans la main, Papa lui a dit mon nom, le monsieur a cherché dans ses papiers et il a crié : «Lestouffe! Encore un pour votre équipe!»

Et on a vu arriver un grand, il devait avoir au moins dix-sept ans, Comme le frère de mon copain Eudes, Celui qui lui apprend à boxer.

— Bonjour, Nicolas, a dit le grand. Je m’appelle Gérard Lestouffe et je suis ton chef d’équipe. Notre équipe, C’est l’équipe OEil de Lynx.

Et il m’a donné la main. Très chouette.

— Nous vous le confions, a dit Papa en rigolant.

— Ne craignez rien, a dit mon chef; quand il reviendra, vous ne le reconnaîtrez plus.

Et puis Maman a encore eu quelque chose dans l’oeil et elle a dû sortir son mouchoir. Une dame, qui tenait par la main un petit garçon qui ressemblait à Agnan, surtout à cause des lunettes, s’est approchée de mon chef et elle lui a dit:

— Vous n’êtes pas un peu jeune pour prendre la responsabilité de surveiller des enfants?

— Mais non, madame, a répondu mon chef. Je suis moniteur diplômé; vous n’avez rien à craindre.

— Ouais, a dit la dame, enfin... Et comment faites-vous la cuisine ?

— Pardon? a demandé mon chef.

— Oui, a dit la dame, vous cuisinez au beurre, à l’huile, à la graisse ? Parce que je vous préviens tout de suite, le petit ne supporte pas la graisse. C’est bien simple: si vous voulez qu’il soit malade, donnez-lui de la graisse!

— Mais madame... a dit mon chef.

— Et puis, a dit la dame, faites-lui prendre son médicament avant chaque repas, mais surtout pas de graisse ; ce n’est pas la peine de leur donner des médicaments si c’est pour les rendre malades. Et faites bien attention qu’il ne tombe pas pendant les escalades.

— Les escalades? a demandé mon chef, quelles escalades?

— Eh bien, celles que vous ferez en montagne! a répondu la dame.

— En montagne? a dit mon chef. Mais il n’y a pas de montagnes où nous allons, à Plage-les-Trous.

— Comment! Plage-les-Trous? a crié la dame. On m’a dit que les enfants allaient à Sapins-les-Sommets. Quelle organisation! Bravo ! Je disais bien que vous étiez trop jeune pour...

— Le train pour Sapins-les-Sommets, c’est à la voie 4, madame, a dit un monsieur en uniforme, qui passait. Et vous feriez bien de vous dépêcher, il part dans trois minutes.

— Oh! Mon Dieu! a dit la dame, je n’aurai même pas le temps de leur faire des recom-mandations !

Et elle est partie en courant avec le type qui ressemblait à Agnan.

Et puis on a entendu un gros coup de sifflet et tout le monde est monté dans les wagons en criant, et le monsieur en uniforme est allé voir le monsieur à la pancarte et il lui a demandé d’empêcher le petit imbécile qui jouait avec un sifflet de mettre la pagaille partout. Alors, il y en a qui sont descendus des wagons, et ce n’était pas facile à cause de ceux qui montaient. Des papas et des mamans criaient des choses, en demandant qu’on n’oublie pas d’écrire, de bien se couvrir et de ne pas faire de bêtises. Il y avait des types qui pleuraient et d’autres qui se sont fait gronder parce qu’ils jouaient au football sur le quai, c’était terrible. On n’a même pas entendu le monsieur en uniforme qui sifflait, il en avait la figure toute foncée, comme s’il revenait de vacances. Tout le monde a embrassé tout le monde et le train est parti pour nous emmener à la mer.

Moi, je regardais par la fenêtre, et je voyais mon papa et ma maman, tous les papas et toutes les mamans, qui nous faisaient «au revoir » avec leurs mouchoirs. J’avais de la peine. C’était pas juste, c’était nous qui partions, et eux: ils avaient l’air tellement plus fatigués que nous. J’avais un peu envie de pleurer, mais je ne l’ai pas fait, parce qu’après tout, les vacances, c’est fait pour rigoler et tout va très bien se passer. Et puis, pour la valise, Papa et Maman se débrouilleront sûrement pour me la faire porter par un autre train.

Tout seul, comme un grand, Nicolas est parti à la colo. Et s’il a eu un moment de faiblesse en voyant ses parents devenir tout petits, là-bas, au bout du quai de la gare, Nicolas retrouvera le bon moral qui le caractérise, grâce au cri de ralliement de son équipe...


Date: 2015-12-24; view: 106


<== previous page | next page ==>
Chapitre 9 – Il faut être raisonnable | Chapitre 11 – Courage !
doclecture.net - lectures - 2014-2017 year. Copyright infringement or personal data (0.013 sec.)